Marketing à la Performance

Marketing à la Performance

Pourquoi est-ce si difficile de connaître les parcours de conversion ?

parcours de conversion

Au cours des dix dernières années, les publishers ont vu le monde de la publicité évoluer réguliérement. Auparavant incontournables, ils sont opposés dans une lutte féroce face à Google et Facebook qui couvrent désormais plus de 60% des dépenses publicitaires en ligne. Pour les créateurs de contenus, la recherche de nouvelles sources de financement est donc une question hautement stratégique. Et la réponse n’est pas facile à trouver : monétiser son audience est une alchimie délicate qui va au-delà du nombre de visiteurs ou des études sociodémographiques qualifiant le lectorat. Le nouvel enjeu, c’est le parcours de conversion. Or, si celui-ci est extrêmement important, il est aussi de plus en plus complexe à connaître.

De  leur côté, les annonceurs sont eux-aussi confrontés à la difficulté de croiser les données et détecter la valeur de chaque publishers et intervenant dans le parcours de leurs conversions.

Un parcours de conversion chaotique

Dans un univers digital en plein mouvement, les clients sont de plus en plus difficiles à suivre pour les entreprises qui ne disposent pas des outils adaptés. Il faut dire que le parcours de conversion se complexifie, et ce, pour plusieurs raisons :

Fragmentation des devices

Ordinateurs, tablettes, téléphones, smart TV, enceintes connectées… les canaux de communication avec les annonceurs sont nombreux. Or, cette diversité rend la réconciliation des données moins évidente. Les politiques antitracking de Firefox et Safari, ainsi que la part de marché importante des adblocks transforment ce suivi cross-device en un travail nécessitant une expertise très poussée.

Multiplicité des points de contact

Si les terminaux sont nombreux, les points de contact le sont également. Entre le site web, l’application mobile, les réseaux sociaux, le blog, la vidéo, les publicités en ligne, l’influence et même les canaux physiques… avoir un reporting précis sur les étapes clés créatrices de valeur qui font progresser le client dans le tunnel de conversion est un vrai challenge. Une gestion des points de contact qui nécessite une vision holistique du cheminement parcouru par ses clients.

Pour répondre à ces enjeux, de nombreux annonceurs se basent sur les apporteurs de conversion. Par exemple, si c’est une campagne sur Google, les marques peuvent investir ce canal en conséquence. Une approche qui n’est pas parfaite, mais qui permet de minimiser les risques. Car dans un monde idéal, ce qui compte, c’est aussi de savoir ce qui se passe avant Google et après Google.

Des données irréconciliables et en silos

Entre le support client online et offline, les entreprises peuvent disposer de deux bases de données différentes gérées par deux services différents. Le web, l’éditorial et le commercial sont des services séparés, soigneusement cloisonnés. Même chose pour les réseaux sociaux qui vivent dans une bulle à part, entre marketing et communication. La conséquence de ces quelques exemples est directe : plus il y a de silos en entreprise, plus il est difficile de connaître le parcours de conversion. Les données ne communiquent pas entre elles, n’ont pas la même nomenclature et sont même utilisées par des technologies différentes. Une vraie tour de Babel version 2.0.

C’est la raison pour laquelle la gestion des données est liée à la gestion organisationnelle. Dans une entreprise où marketing, vente et communication sont parfaitement alignés, la gestion des données le sera également. Un cas d’école qui nécessite un travail de fond susceptible d’impacter directement le parcours de conversion.

Un manque de maîtrise des bonnes pratiques

La priorité du publisher, c’est de produire et de partager du contenu. La publicité – si elle est indispensable – n’est pas toujours gérée avec autant de soin et de ressources. Pire : ce sont parfois des commerciaux « print » qui vendent des espaces « web ». Si la démarche de rationalisation est louable, ce sont deux mondes très différents. Parfois, dans les petites structures, il n’y a simplement pas les compétences ou les connaissances alors que le public est présent et fidèle. Les publishers passent donc à côté de l’occasion de monétiser leur audience de manière professionnelle.

Pour y remédier, il est possible de développer une expertise interne : embaucher, former et optimiser un processus de travail. Une démarche qui prend du temps et qui ne garantit pas la fidélité d’un salarié. L’autre option consiste à travailler en partenariat avec une agence tierce dont c’est précisément le métier. Les compétences sont alors immédiatement actionnables et le transfert de connaissances est continu.

Parcours chaotique, données en silos, compétences manquantes… est-ce que tout est perdu d’avance ?
Heureusement, non ! D’abord parce que tous les publishers ne rencontrent pas tous ces défis au même moment. Mais également parce que pour chaque problème, des solutions existent. La réconciliation des données est, par exemple, le métier d’une entreprise comme Mazeberry, qui est capable de faire des miracles dans un environnement ultra-fragmenté, y compris via les plateformes d’affiliation.

Une note d’espoir qui doit porter les marketeurs et les spécialistes du digital à poursuivre leurs efforts pour digitaliser leurs activités.

Pour en savoir plus sur notre outil d’attribution marketing, contactez notre service commercial !

en savoir plus
Marketing à la Performance

Comment utiliser une stratégie omnicanale pour obtenir plus de leads ?

Omnicanal

Le marketing omnicanal est une approche qui consiste à faire converger tous les canaux de communication digitaux et physiques afin d’avoir une vraie vision à 360 degrés du parcours du consommateur. Le client peut ainsi passer d’un canal à l’autre de manière transparente : toutes les données sont centralisées, les silos internes sont aplanis et l’information circule instantanément. Support client, gestion des stocks, réseaux sociaux, achat en ligne ou en magasin… toutes les interactions de l’omnicanal débouchent sur une expérience personnalisée.

Une étude de la Harvard Business Review indique d’ailleurs que l’omnicanal est une réalité : 73% des consommateurs utilisent plusieurs canaux pour faire leur shopping. Une bonne stratégie omnicanale est donc essentielle pour développer son business et générer plus de leads.

Cartographiez vos clients

La connaissance de ses clients fait partie des fondations importantes pour toutes les stratégies marketing. Pour délivrer la meilleure expérience possible, il est essentiel de savoir à qui parler et par quel canal. Ce travail de cartographie passe donc par une vision complète des outils et des plateformes utilisés par vos leads. Influence, blog, affiliation, publicité en ligne, vidéo, réseaux sociaux… chaque segment dispose de son propre univers. Et c’est justement le but de vos personas.

Vos personas (ou buyer-personas selon la terminologie) sont des portraits robots de vos clients types. Ils ont une identité, une vie et un parcours professionnel qui doivent être nourris par vos équipes à partir de données réelles. Connaître les leviers d’influence de vos personas permet alors d’orienter votre action pour avoir une vision complète du cheminement client.

Une fois cartographiés, vos personas vivent dans un univers particulier. À vous de savoir comment leur parler. Prenons un exemple : le persona X de 50 ans, chef d’entreprise d’une PME de province, qui lit Le Monde en version papier et se déplace peu, sera approché différemment de celui de 35 ans, responsable marketing d’un grand groupe, toujours connecté et constamment en déplacement. Dans les deux cas, l’omnicanal est pertinent. Mais dans les deux cas, ce seront deux stratégies omnicanales différentes, car adaptées.

Intégrez une dimension MDM dans la gestion de vos données

Les données issues de vos leads peuvent venir de partout : un contact sur un salon professionnel, une demande de connexion sur LinkedIn, l’inscription à une newsletter, le téléchargement d’un livre blanc, la recommandation d’un client existant, etc. Or, chaque plateforme dispose de son propre écosystème. Il peut donc être difficile de les faire communiquer ensemble. Plus le nombre de sources est important, plus le potentiel de confusion, de perte ou de données doublonnées est réel.

Maitriser ses données est incontournable. Certains marketeurs travaillent avec des solutions de MDM (Master Data Management) pour gérer cette dimension. C’est un outil permettant de centraliser et de gérer vos données issues de toutes les sources (vente, marketing, gestion des stocks, finance, suivi logistique, informations fournisseurs, etc.). Si l’obtention de leads est importante, la gestion, la centralisation et l’unicité des données le sont tout autant.

Dans une certaine mesure, et selon vos ressources, une plateforme CRM ou DMP peut également tout à fait convenir. Ce qui compte, c’est de disposer d’un outil de pilotage commercial adapté.

Transformez tous vos points de contact en expérience

On associe généralement la vente en ligne à la vente via un site marchand. Or, là aussi, l’omnicanal a transformé les règles du jeu. Chaque point de contact peut être transformable en expérience pour le client ou le prospect. Une stratégie qui implique une intégration profonde utilisant tous les leviers à la disposition des annonceurs.  En effet, aujourd’hui, on peut vendre par email, via Instagram, sur une application mobile, sur un comparateur de prix, sur Pinterest, par chatbot, depuis un showroom, etc.

C’est la même chose avec vos leads. Ils peuvent vous contacter par de très nombreux canaux. C’est la raison pour laquelle l’identification des points de contact est essentielle pour une expérience réussie. Si l’information est centralisée et bien utilisée, un prospect ayant téléchargé un livre blanc n’aura pas à être relancé sur ce même livre blanc. Il pourra, en revanche, être contacté via LinkedIn par un commercial qui disposera de l’historique des interactions pour une prospection réussie.

C’est aussi utile dans l’étape de scoring. Un lead qui fait une demande de démonstration sera bien mieux noté que celui qui ne fait que retweeter une publication. Plus que jamais, c’est l’évolution du lead dans le tunnel de conversion qui pourra donner les bonnes informations pour prendre la bonne décision.

Le digital a transformé le regard des marques sur la génération de leads. Bâtir une stratégie d’influence, générer du trafic qualifié et construire des clusters d’audience par une approche omnicanale donne aux annonceurs les moyens de booster leur business !

Ce type de sujet vous intéresse, notamment pour la période du Black Friday ? Alors consultez nos offres du moment

en savoir plus
Marketing à la Performance

Leviers branding et email marketing : différence et complémentarité

Branding et email marketing

Performance et ROI. C’est le rêve de tous les marketeurs qui se lancent dans la création de campagnes digitales. Pourtant, ce rêve est un équilibre fragile à atteindre. En cause : l’interconnexion de tous les leviers digitaux. Branding, SEO, influence, inbound… chaque action d’une part se répercutera automatiquement ailleurs. En bien, comme en mal. Un très bon contenu de blog, relayé par une campagne de branding et email marketing pertinente créera un cercle vertueux servant l’influence d’une marque. De l’autre côté, des campagnes d’emails sur des fichiers peu transparents ou mal ciblés risquent de détériorer la crédibilité d’une entreprise. Et le branding d’une marque sur des sites médias avec une audience inadaptée et un ROI non maitrisé peut en décourager plus d’un.

Si différents, ces leviers sont pourtant complémentaires, on  vous explique pourquoi. 

Qu’attendre réellement de l’email marketing VS du branding ?

L’email marketing

L’email marketing est un levier clé pour les annonceurs. Le but est de générer des actions ROIstes pour promouvoir ses offres, recruter des leads et convertir des prospects en clients.

Comme tous les outils liés au lead generation et au lead nurturing, l’email marketing doit être inclusif. Il n’est pas à utiliser comme une arme à un coup, mais, au contraire, s’intégrer dans un ensemble d’outils. La création et la personnalisation de scénarios permettent ainsi de créer et d’entretenir une connexion émotionnelle avec votre communauté.

Difficile de parler d’email marketing sans parler de KPI. Si le taux d’ouverture est un grand classique, c’est loin d’être le seul. Taux de clics, transferts et partages, segmentation de la base de données, qualification des prospects, suivi de la conversion sur une landing page… il existe plusieurs KPI utiles pour les marketeurs. Selon la stratégie recherchée (conversion, notoriété, fidélisation, réassurance, etc.), il peut être pertinent d’adapter son tableau de bord. Sans indicateurs clés, il est difficile de prendre les bonnes décisions.

Le branding

Le branding a pour spécificité de permettre aux annonceurs de se positionner dans l’esprit du consommateur et de faire connaitre sa marque. Ce levier est donc moins ROIste vs l’email marketing puisqu’il fait écho à des objectifs différents. 

Le nombre d’affichages, le taux de clics et le taux de rebond sur la landing page sont autant de KPI analysés lors de campagnes de branding. C’est pourquoi on oppose le levier branding à celui de l’email marketing. Pourtant tout comme en email marketing, le ciblage est une option à ne pas négliger pour toucher la bonne audience.

Il y a deux options, mais dans un premier temps, il faut définir son buyer persona. Ensuite, il faut choisir entre un ciblage des sites et applications sur lesquels être visible en fonction du profil d’audience qui ressemble le plus à votre buyer persona et choisir de diffuser en masse pour récolter des datas et ensuite ne cibler que les internautes qui portent le plus d’intérêt à votre marque. 

Branding vs email marketing : deux leviers différents ET complémentaires

Pour atteindre de nouvelles audiences, certaines marques travaillent donc avec des données externes, via des bases de données et d’autres réalisent des campagnes de branding et notoriété via des influenceurs par exemple. Ce sont deux leviers qui s’intègrent parfaitement dans le cadre d’une campagne publicitaire à la performance. Son objectif est simple : être visible, donner envie d’en savoir plus et diriger vers des offres. 

L’upper funnel n’est pas à négliger dans vos résultats de campagnes à la performance. Le branding est clairement situé en haut du tunnel de conversion, il a forcément un impact positif sur les campagnes d’email marketing. Pourquoi ? La visibilité de votre marque facilite de près le taux de transformation de vos autres actions marketing, dont l’emailing sur des bases de données externes avec l’audience recherchée et incline à acheter en ligne. 

Impossible de parler de marketing à la performance sans email marketing. Ce levier a réussi à s’adapter à toutes les évolutions technologiques de ces vingt dernières années et constitue toujours un canal de communication efficace. Avec une audience avisée grâce à une campagne de branding, une cible bien définie, un message clair et une approche maîtrisée, le branding et l’email marketing peuvent vous emmener très loin !

Vous souahitez en savoir plus sur l’email marketing ? Téléchargez notre guide de bonnes pratiques en emailing, et contactez notre équipe d’experts pour en savoir plus sur nos offres !

en savoir plus
affiliation

Sites de cashback : un levier gagnant pour votre business

Cashback

Le cashback se démocratise lentement mais sûrement en France. Petit rappel pour les retardataires : ce sont des sites qui vous rétrocèdent un pourcentage de vos achats en ligne. Ils agissent donc comme des apporteurs d’affaires pour les sites de e-commerce. En s’associant à un site de cashback, les marques ont la garantie d’avoir un flux constant de visiteurs qu’elles peuvent ensuite transformer en clients. La stratégie associée à ce concept est donc séduisante et se lie à la publicité à la performance, puisqu’une partie de la pression commerciale repose sur les épaules des sites de cashback eux-mêmes.

Un relai supplémentaire pour asseoir votre marque

Être présent sur un site de cashback constitue un bon moyen de diversifier ses canaux de vente pour une entreprise. Un relai utile pour faire connaître son offre et sa marque, en particulier lorsque celle-ci ne dispose pas d’assez de notoriété, pas assez connu du grand public. En termes de réassurance, l’avantage est certain. Un site de cashback permet de construire et d’asseoir sa notoriété tout en développant un lien de confiance avec vos clients.

C’est également un levier utile pour générer davantage de backlinks et optimiser votre référencement à partir de sites de confiance. Ne pas exister sur Google, c’est ne pas exister en ligne. Se lancer dans le cashback constitue une bonne pratique pour faire parler de soi. Entre les avis des clients, le contenu partagé et les liens vers les offres d’achat, cela ne pourra faire que du bien à votre stratégie SEO.

Enfin, vous pouvez toucher une nouvelle cible de clientèle : des acheteurs actifs à la recherche de bons plans et à la découverte de nouveaux produits. C’est d’ailleurs souvent une communauté très active en ligne qui est susceptible de relayer votre offre sur les plateformes digitales. De quoi communiquer à moindre coût pour développer la puissance de votre marque.

Booster votre taux de conversion grâce au cashback

Améliorer son taux de conversion, c’est l’obsession des marketeurs. Une logique qui nécessite parfois d’investir lourdement sur des actions promotionnelles aux résultats limités. Là où le cashback peut faire la différence, c’est sur la gestion de l’exclusivité de l’offre. Acheter via un site de cashback c’est profiter d’une offre unique. Et parce que tout est centralisé dans un seul endroit, c’est autant d’efforts en moins pour attirer les clients.

Les visiteurs qui s’intéressent au cashback connaissent la mécanique d’achat et sont plus enclins à acheter en ligne qu’un visiteur lambda. Puisque cette préqualification est déjà faite, votre taux de conversion s’en trouve amélioré pour un surcoût infime. La part rétrocédée de l’achat ne va pas creuser votre trésorerie, et elle vous amène de nouveaux clients qui ne seraient pas forcément venus vous voir de manière organique.

Miser sur l’exclusivité

Pour que le cashback fonctionne, il est nécessaire de dissocier vos offres. Grâce à des promotions uniques disponibles sur ce seul canal, vous parvenez à fidéliser plus d’acheteurs potentiels. Une bonne pratique pour écouler vos surplus en stock ou votre gamme de l’année en prévision des nouveautés à venir. Vous pouvez ainsi miser sur l’exclusivité pour proposer un nombre réduit de produits en cashback et faciliter le cross-selling. Non seulement votre panier moyen peut augmenter, mais toute la pression commerciale est déléguée aux plateformes elles-mêmes. C’est le principe de la vente à la performance : si vous vendez, vous gagnez un peu moins à l’unité, mais vous vendez en volume. À l’inverse, si vos offres ne trouvent pas preneur, l’investissement marketing ne coûte rien.

Parce que l’offre est proposée par un service tiers, le projet d’achat d’un point de vue comportemental est différent d’un achat classique. En servant d’intermédiaire, le site de cashback crée une bulle de confiance pour les shoppers. Les bons plans sont filtrés et approuvés (ou supposés l’être) et la légitimité de la marque est renforcée par le sentiment d’exclusivité. Une recette idéale pour diversifier ses revenus en ligne.

Vendre sur un site de cashback est un levier de performance à ne pas sous-estimer pour les e-commerçants. Pour développer sa notoriété, écouler ses stocks, augmenter son taux de conversion, toucher de nouveaux clients et favoriser le cross-selling, le cashback offre de nombreux avantages pour un coût négligeable. Un canal de vente indirecte à regarder de très près pour booster vos ventes en ligne !

Ce type de sujet vous intéresse, notamment pour la période du Black Friday ? Alors consultez nos offres du moment…

en savoir plus
affiliationGénération de leadsInfluenceMarketing à la Performance

Black Friday : comment être attractif aux yeux des annonceurs ?

Black friday

Événement commercial qui prend de plus en plus d’ampleur, le Black Friday – suivi par le Cyber Monday – est un levier important pour les sites de e-commerce. C’est d’ailleurs souvent le lancement informel de la période des achats pour les fêtes de fin d’année. Si tous les chiffres sont au vert (les ventes en ligne ont augmenté de 14% au deuxième trimestre 2018), cela signifie aussi que l’offre se densifie et que la concurrence se développe. Pour les publishers, le but est donc de bien se positionner pour attirer les annonceurs. Une stratégie qui est le fruit d’un subtil équilibre entre attractivité editoriale et capacité de conversion de l’audience générée.

Une ligne éditoriale cohérente et un contenu de qualité

C’est la première étape de votre stratégie : être en mesure d’attirer des visiteurs en continu et de manière redondante, afin de créer une dynamique vertueuse.

Des valeurs communes

En s’affichant sur un site tiers, l’annonceur s’attend à ce qu’il y ait une cohérence en termes de positionnement, de valeurs et de territoire de marque. Un vendeur d’articles et d’équipements pour la chasse ne s’affichera pas sur un site qui défend l’écologie et le bien-être animal par exemple. Cela signifie que le publisher doit faire transparaître ses valeurs.

Qui est-il ? Que veut-il ? Et en quoi croit-il ? L’information doit être claire et visuelle. L’annonceur pourra ainsi s’assurer que ces valeurs soient bien alignées avec les siennes pour une communication optimale.

Un contenu pertinent

Pour attirer des annonceurs, il faut déjà être en mesure d’attirer des visiteurs sur son site. Ce que les publishers monétisent, c’est une audience. Or, pour y parvenir, il est indispensable d’avoir un contenu pertinent, avec une publication régulière et sur des sujets qui créent de la valeur avec un bon storytelling. Un article de blog de temps en temps sera loin d’être suffisant, par exemple.

Au-delà du contenu pertinent, il ne doit également y avoir aucun compromis sur la qualité du contenu (syntaxe, valeur du contenu, duplicate content, etc.) et l’animation sur le social doit être constante. C’est l’équation gagnante pour une bonne stratégie afin de gagner le cœur des annonceurs.

Le contenu visuel est aussi important que celui du contenu. Affichez votre site aux couleurs de l’évènement du Black Friday, Cyber Monday ou Black Week.

Une ligne éditoriale lisible

La ligne éditoriale, c’est la boussole de votre site. Celle qui vous définit sur le plan rédactionnel. Qu’il s’agisse d’opinions tranchées et d’éditoriaux assumés, ou d’informations plus consensuelles et factuelles, elle doit être claire et ne pas varier dans le temps. Un annonceur qui vous fait confiance doit s’assurer de votre constance. Il doit anticiper sur ce qui sera lu et comprendre les enjeux rédactionnels associés au positionnement éditorial. 

KPI et analytics : les chiffres sont incontournables

Pour un annonceur, choisir un support est une question d’efficacité. L’investissement publicitaire doit générer des visites, qu’il peut transformer en prospect, puis en client. Le ROI est donc indispensable et les publishers doivent savoir parler aux annonceurs.

Pour séduire un annonceur, il faut parler le même langage que lui. Cela signifie connaitre et maitriser tous ses insights afin de promouvoir les plus intéressants. Or, il en existe des centaines : Google Page Rank, nombre de visiteurs, pages vues, temps moyen, taux de rebond, taille des communautés en ligne, taux d’engagement, etc.

Pour s’y retrouver, il faut choisir les plus impactantes. Parler du nombre de visiteurs n’a pas de sens si le taux de rebond est important par exemple. C’est la même chose selon les offres proposées : on ne promeut pas du CPC avec les mêmes metrics que du CPM.

Pour promouvoir vos offres commerciales, mettez en avant vos résultats du Black Friday de l’année précédente : visites entrantes, nombre de pages vues, croissance vs N-1, etc.

Des supports de diffusion de grande qualité

Pour les publishers comme pour les annonceurs, la qualité des supports de promotion est importante. La structure technique des publishers doit être optimisée pour monétiser les espaces publicitaires et les bases de données, créer des kits email optimisés et gérer les formats d’affichage innovants.

Du côté des annonceurs, imposez leur de mettre à disposition des flux produits à jour et bien construit pour faciliter le taux de conversion le jour J. Vos bannières, newsletters et landing pages doivent être optimisées pour intégrer les offres commerciales Black Friday des annonceurs. Il faut donc intégrer de façon cohérente les supports de diffuson des annonceurs avec les vôtres.

Plus les supports de diffusion seront qualificatifs, plus l’impact de la campagne sera perceptible. Un travail gagnant-gagnant pour créer de l’engagement avec des messages personnalisés qui ne nuisent pas à l’expérience utilisateur.

Alors que le Black Friday s’affiche de plus en plus, l’enjeu des annonceurs est de choisir les plateformes qui généreront les meilleurs retours sur investissement. Un travail que les publishers doivent intégrer en amont de l’événement afin de présenter une vraie stratégie durable qui se différencie d’un simple effet d’affichage.

Vous êtes influenceurs, avez une application ou un site mobile ? Vous souhaitez promouvoir un marchand pour le Black Friday ? Contactez notre équipe Publishers ou inscrivez-vous au réseau Kwanko !

en savoir plus
Actu Kwankoaffiliation

Tout ce que vous devez savoir sur le déploiement d’ITP 2.0 de Safari

safari itp tracking

Vous avez du remarquer la masse d’informations sur la sortie imminente du déploiement de Safari ITP (Intelligent Tracking Prevention) 2.0 d’Apple pour iOS12 et macOS Mojave au 4e trimestre. Ce déploiement était pourtant déjà annoncé depuis fin 2017, c’est pourquoi, chez Kwanko, nous avons déjà commencé à améliorer notre technologie, pour limiter tout impact éventuel que cela pourrait avoir sur notre activité.

D’abord, c’est quoi l’Intelligent Tracking Prevention (ITP) de Safari et dans quelle mesure cela peut affecter le tracking de nos performances ?

L’objectif principal est de donner bien plus de confidentialité et de contrôle à l’utilisateur. Tel est le but premier. Pour résumer, il impose des restrictions sur les cookies, selon la fréquence de visite qu’a un utilisateur sur un site qui les a déposés. C’est l’objectif essentiel.

Mais, pour la communauté qui utilise le marketing d’affiliation, l’ITP peut représenter un nouveau défi, car il peut avoir une incidence sur la façon dont nous trackons le parcours client et les conversions.

L’ITP évolue tout le temps, donc il y aura encore d’autres changements en perspective. Pour le moment, ce que la version 2.0 a changé par rapport à l’ancienne version, en l’occurrence ITP1, c’est le retrait de la durée de 24 heures pendant laquelle un pixel d’une tierce partie peut accéder aux cookies. Ce qui veut dire qu’une fois le lancement d’ITP 2.0, le tracking habituel ne marchera plus du tout, étant donné que nous serons tous signalés comme trackers. En plus, les cookies existants seront purgés après 30 jours, s’il n’y a pas de nouvelle interaction « réelle » avec l’utilisateur.

Passons au deuxième gros changement : s’il détecte une « tracker collusion » avec des redirections, pour identifier l’utilisateur via plusieurs trackers, il bloquera aussi cette information. En pratique, lorsqu’un utilisateur cliquera sur la publicité d’un annonceur via la plateforme Kwanko, comme toujours, il sera d’abord redirigé sur le tracker de Kwanko et seulement ensuite sur le site de l’annonceur. Avec cette restriction, cette fonctionnalité empêchera les cookies d’être déposés ou lus sur le navigateur d’un utilisateur lors des redirections de tracking.

En d’autres termes, s’il y a des redirections par clic vers notre domaine, nous verrons que la dernière redirection comme référent et non la source affiliée d’origine.

Le troisième changement s’appelle Origin-Only Referrer. Il tronque à peu près les URLs de référence jusqu’au domaine racine. Ce qui veut dire que si une redirection venait de publishersite.com/article elle arriverait à destination en tant que publishersite.com uniquement, sans plus d’information que cela.

Comme le précise le rapport, il ne s’agit que pour le moment des versions mobiles et PCs de Safari. Même si le navigateur de PC Safari est assez peu utilisé comparé à d’autres navigateurs, pour le domaine du Mobile, c’est juste énorme si on tient compte de la quasi-totalité des appareils Apple sur le marché. Donc, il ne faut pas prendre ce sujet à la légère.

Que peut-on y faire ?

Nous devons effectuer quelques changements sur nos tags de tracking. Mais en résumé, l’ITP 2.0 ajoute un pop up à l’implémentation de WebKit pour l’accès API au stockage. Ainsi, si l’utilisateur autorise l’accès, son choix est maintenu.

Voici un exemple qui vous montre à quoi ressemblerait le pop up :

Message d'invite d'exemple d'itp Safari

Cette fenêtre d’avertissement s’affiche en cas d’utilisation de l’accès API au stockage pour permettre à l’utilisateur de confirmer son consentement. Si un tag tiers JS essaye d’écrire un cookie sans cette API (la méthode traditionnelle), la fenêtre de notification ne s’ouvrira pas. MAIS, si ce tiers est considéré comme « tracker », son cookie sera « partitionné ».

Nous avons quand même un cookie avec une durée de vie de 30 jours, mais si l’utilisateur continue d’interagir sur le site, ce que Safari considèrera comme une interaction « réelle » avec notre nom de domaine, il sera maintenu pendant 30 jours supplémentaires. Sinon, il l’efface automatiquement.

On peut trouver toutes les explications juste ici à la source.

De plus, nous avons déjà une méthode “cible” de tracking que nous sommes en train d’adapter à ces nouvelles exigences et qui sera prête pour le lancement de la nouvelle version de Safari.

Si vous avez des questions ou des doutes, n’hésitez pas à nous contacter.

en savoir plus
affiliationGénération de leadsInfluenceMarketing à la Performance

Black Friday : préparez votre stratégie de conversion

Black friday

Un événement comme le Black Friday ne s’improvise pas. Garantir sa réussite nécessite une organisation bien huilée, une stratégie claire et un maximum d’anticipation. Or, c’est un challenge de taille face aux multiples priorités que doivent gérer au quotidien les professionnels du marketing. Pour y voir plus clair et optimiser votre méthode, il faut lancer dès maintenant. Comment ? On vous explique.

Avant le Black Friday : être constant et régulier

Le Black Friday, c’est comme un événement de haut niveau. On n’organise pas une Coupe du Monde en trois jours, n’est-ce pas ? Ici, c’est la même chose. Pour créer l’engouement propice au Black Friday, il faut déjà avoir un flux permanent de visiteurs sur l’ensemble de vos sites.

L’affiliation : pour créer de la constance

Plus on parle  de votre marque de manière structurée et claire, mieux c’est. L’affiliation est un relai de vente et de promotion à exploiter très en amont. Vos affiliés peuvent ainsi servir de levier pour générer davantage de trafic de manière continue. Plus vous êtes capable d’alimenter votre communauté d’affiliés en contenu de bonne qualité : textes, images, bannières, wording spécifique, etc., plus le relai sera efficace.

Ce qui compte c’est que vous inscriviez l’affiliation dans la stratégie digitale de votre marque. Grâce à une campagne CPA, votre budget publicitaire ne sera pas dépensé en vain, et chaque euro investi comptera vraiment.

Lead nurturing et inbound marketing : pour accompagner vos leads jusqu’au jour J

Avoir des contacts réguliers et des visiteurs sur votre site, c’est une bonne chose. Mais encore faut-il pouvoir en tirer profit. Pour y parvenir, une stratégie de lead nurturing, couplée à une démarche d’inbound marketing, constitue l’un des secrets de la réussite. Un contenu clair, à forte valeur ajoutée et renouvelé fréquemment crée la fidélisation. De son côté, un tunnel de conversion optimisé, intégrant toutes les grandes étapes du parcours client, et aligné avec ses buyers personas, permet d’avoir une vision holistique du potentiel commercial lié au Black Friday. Il ne reste plus qu’à nurturer efficacement vos leads pour qu’ils soient prêts au bon moment en faisant monter la pression de façon contrôlée.

Application mobile : pour multiplier les points d’entrée vers vos produits

Du côté de votre application mobile, cette dernière devrait également être téléchargée le plus possible. L’idée étant de multiplier les points d’entrée de vos nouveaux prospects, et aussi de vos anciens et nouveaux clients. Si vous disposez également de magasins physiques, la géolocalisation constitue alors un atout important. Vous pourrez pendant le black friday envoyer des notifications aux détenteurs de votre application mobile

Pendant le Black Friday : activer tous les leviers ROIstes

C’est le moment où tout le monde se lance en même temps. Un sprint qui doit être efficace et qui s’appuie à présent sur des outils ROIstes. Le but : la conversion et l’achat. Il existe plusieurs leviers promotionnels efficaces susceptibles de transformer vos prospects en clients au bon moment. Quelques exemples.

Email marketing : pour créer des scénarios automatisés et personnalisés

À partir de votre base de prospects et de l’avancement dans le tunnel de conversion, vous pouvez vous appuyer sur des scénarios de marketing automation afin de diffuser le bon message au bon moment. Promotions spéciales, réductions, bons plans du jour… chaque segment de votre base de données doit être travaillé individuellement pour personnaliser vos approches et créer une expérience client unique.

A partir de base de données externes, et optin, vous pouvez relayez vos promotions au plus grand nombre d’internautes en quête de bonnes affaires. Il faut donc dédier un budget pour ce levier, le confier à votre account manager qui sélectionnera pour vous les meilleures bases de données, correspondantes à votre coeur de cible et sur un modèle rentable, le CPC ou CPM. Vos offres devront être visibles largement pour transformer le trafic en conversions.

Chatbots : pour diversifier votre stratégie

Lors d’un événement comme le Black Friday, il faut créer une connexion émotionnelle avec vos prospects. Pour y parvenir, un chatbot depuis une application de messagerie constitue un outil puissant. Ce dernier peut interagir avec les utilisateurs au moment où ils sont connectés et en lien avec leurs préférences personnelles. Un chatbot permet aussi de répondre aux questions essentielles que peuvent se poser les clients, tout en déchargeant une partie de la pression des épaules de votre service support. En affiliation, le chatbot est aussi un moyen de vous apporter du trafic qualifié sur votre site marchand. 

Publicité et réseaux sociaux : pour n’oublier personne

Malgré tous vos efforts, tout le monde ne viendra pas sur votre site marchand le jour même du Black Friday. C’est la raison pour laquelle il faut aussi pouvoir chercher vos prospects là où ils se trouvent avec une stratégie de SEA et SMA. Si vous disposez d’un outil de réconciliation de données de type CRM onboarding, la démarche n’en sera que plus efficace. Vous pouvez aussi compter sur le retargeting et le remarketing pour vous reconnecter avec vos visiteurs indécis. Enfin, soyez prêt à jouer le jeu des sites de bons plans du type cashback et bons plans, à renforcer vos liens avec vos affiliés et à surveiller constamment l’évolution des prix grâce aux comparateurs en ligne.

Après le Black Friday : créer une relation de confiance

Après le rush du Black Friday, vous devez être en mesure de faire tous les suivis nécessaires. Vendre en ligne, c’est une chose, mais il faut aussi tenir vos promesses en termes de livraison, de disponibilité et de réactivité. C’est pourquoi la relation commerciale ne s’arrête pas à la commande. Renforcez vos équipes au niveau du service client, soyez réactif sur les questions posées et faites des suivis réguliers avec les clients sur leur niveau de satisfaction et avec un contenu spécifique (questionnaires, tutoriels, bonnes pratiques, FAQ et « how to » sur les produits achetés, etc.).

Cette démarche consiste à créer une expérience premium afin de fidéliser vos clients avec un objectif simple : pouvoir les transformer en ambassadeurs pour l’année suivante. C’est pourquoi la relation que vous entretenez avec eux doit perdurer avec des offres exclusives et spéciales, et un contenu spécifiquement conçu entre valorisation personnelle et valeur ajoutée.

Pour les retailers et les e-commerçants, le Black Friday est une période intense, qui génère énormément d’énergie et de créativité. Bien préparées, vos équipes travaillent de façon collaborative et transversale afin d’apporter une expérience unique à vos clients tout s’affranchissant de la concurrence. Notre équipe de production est expérimentée pour vous accompagner sur cette période commerciale la plus forte de l’année. Faites leur confiance, et recevez une proposition personalisée en fonction de vos besoins et objectifs !

en savoir plus
Marketing à la Performance

Black Friday : quelle stratégie de collecte de leads adopter ?

Collecte de leads

Vendredi 23 Novembre 2018. Pour vous, cette date ne représente peut-être pas grand-chose, mais pour les retailers et e-commerçants, c’est le jour à ne pas rater. Il s’agit, en effet, du désormais célèbre Black Friday qui donne le coup d’envoi de la période d’achats des fêtes de fin d’année. Tradition 100% américaine qui s’est exportée dans plusieurs pays (le Black Friday étant toujours le lendemain de Thanksgiving), c’est un moment d’importance pour les grandes marques qui décident de jouer le jeu, y compris en France.

En effet, l’année dernière, le nombre de ventes a bondi de 30% par rapport à l’année précédente, pour un panier moyen de 118 euros. Des chiffres qui confirment notamment la bonne santé de la vente en ligne pour les entreprises bien préparées. Pour faire du Black Friday 2018 un événement incontournable pour votre marque, puisez votre inspiration parmi nos conseils et bonnes pratiques.

PREMIERE ETAPE : Améliorez votre SEO pour être visible

Si vous n’êtes ni Amazon, ni CDiscount ou la Fnac, il y a de bonnes chances que votre trafic en provenance de Google représente une part prépondérante de vos visiteurs. Même si le Black Friday n’est pas tout de suite, il faut du temps pour que les améliorations SEO se répercutent. Marketing de contenu, optimisation des titres et des mots clés, vitesse de chargement de vos pages, accessibilité mobile… faites un check-up complet !

Quelques leviers d’améliorations à travailler :

  • Résolvez les problèmes de page 404, les liens brisés et les redirections.
  • Assurez-vous que vos serveurs puissent monter en puissance face à une augmentation conséquente du nombre de visiteurs.
  • Optimisez le cache de votre site pour un affichage plus rapide et limitez le poids de vos images.
  • Travaillez vos CTA et faites des tests A/B en continu pour définir les meilleurs scénarios d’affichage.
  • Optimisez vos métadonnées, vos mots clés, la structuration du contenu, le site map, l’open graph, etc.
  • Regardez les avis et commentaires des clients (Google My Business, Yelp, Trip Advisor, etc.) et soyez réactif pour répondre aux critiques et remercier les clients fidèles.

DEUXIEME ETAPE : Etablissez un plan de promotions 

TEASEZ VOTRE CIBLE 

Le Black Friday est un événement qu’il faut anticiper. Ce n’est pas quelque chose que l’on met en place trois jours avant. Il vous faut assurer une montée en pression des contenus, des campagnes et des équipes. Vous pouvez créer un calendrier éditorial pour anticiper les grandes actions à mettre en place : 30 jours avant, 20 jours avant, une semaine avant, etc.

FAITES MONTER LA PRESSION AVEC UNE OFFRE PREMIUM

Si le Black Friday mise sur la quantité et l’impact, certaines de vos offres peuvent justement faire l’inverse. Et si vous jouiez la carte de la rareté et de l’unicité ? Cela peut-être avec un décompte du nombre de produits à prix cassés, un compte à rebours ou l’inscription à un club privé pour profiter d’offres réservées aux membres.

Vos clients fidèles, vos ambassadeurs et vos influenceurs ont également un rôle à jouer. Découverte d’une offre en exclusivité, ouverture de la vente en ligne une heure avant tout le monde ou offre promotionnelle supplémentaire (pourcentage de réduction, livraison gratuite ou extension de garantie)… autant d’options qui permettent de faire monter la pression.

JOUEZ LA CARTE DU SOCIAL

Indispensables, les réseaux sociaux sont une caisse de résonance importante pour le Black Friday. Votre chatbot peut vous faire gagner du temps en créant une première connexion en ligne. Utilisez les robots conversationnels dans les outils de messagerie comme levier de promotion publicitaire, mais également pour interagir avec les prospects et clients (notification à des moments clés, incitation au partage de photos et vidéos avec des hashtags spécifiques, etc.).

Le Black Friday est aussi une bonne occasion de faire vibrer votre communauté avec des animations, des jeux et des concours. Soyez créatif et généreux pour provoquer un engouement autour de votre marque. Quant à celles et ceux qui ne vous connaissent pas encore, misez sur les campagnes sponsorisées. C’est une manière de personnaliser les messages pour toucher une audience nouvelle. Surtout que le retargeting est une stratégie utile pour emmener vos prospects sur vos landing pages ou votre site web.

TROISIEME ETAPE : Activez les leviers de collecte de leads

Chaque objectif doit faire l’objet d’une campagne particulière selon vos scénarios de vente et votre tunnel de conversion :

  • l’email marketing, faites connaitre votre marque et vos produits/services via des bases de données externes, incitez-les à s’incrire à vos offres pour ne rien manquer le jour J.
  • la coregistration avec un partenaire de confiance, recrutez des leads qualifiés et prêt à transformer.
  • les enquêtes, captez de nouveaux prospects via des questions ultra qualifiantes pour optimisez votre taux de transfo le jour J.
  • les jeux-concours, quoi de plus tentant pour un internaute de gagner un de vos produits/services en échange d’une inscription à votre newsletter ou encore le partage de votre marque ?!
  • des campagnes de SEA et SMA,
  • Etc.

Vous devez aussi travailler en proximité avec vos affiliés pour s’assurer qu’ils puissent relayer les bons messages au bon moment. Avec le bon contenu, les bons visuels et les bons arguments, c’est un relai indispensable pour booster vos ventes lorsque le jour J arrivera.

Moment clé pour générer et convertir des leads, un événement commercial comme le Black Friday apporte une fraîcheur, un dynamisme et une créativité sans commune mesure. Un impact externe et interne pour optimiser votre stratégie marketing tout en développant l’esprit d’initiative au sein de votre organisation.

Retrouvez vite l’article #3 de notre série BLACK FRIDAY… Vous souhaitez nous confier votre budget, consultez nos offres !

en savoir plus
Influence

Recrutez des influenceurs en affinité avec votre marque

Influenceurs

91 % des personnes vont accorder plus de confiance aux influenceurs qu’à une publicité classique. L’influence marketing, un canal en plein développement ? Oui, mais un canal difficile à maîtriser. Et pour cause : 9 fois sur 10 la proposition de partenariat ne convient pas à l’influenceur.

Recruter un influenceur n’est donc pas une démarche qui s’improvise. Tout comme vous ne négligez pas le recrutement de vos collaborateurs, faites de même avec vos influenceurs. Pour y parvenir, il faut donc un minimum de méthode. C’est la raison pour laquelle nous avons condensé pour vous toutes les bonnes pratiques pour bien recruter vos influenceurs en affinité avec votre marque.

influenceurs affinité marque

Savoir où chercher et à qui parler

Comme dans une démarche marketing classique, il faut savoir quoi dire, à qui et comment. Pour les influenceurs, c’est la même chose. Avant de perdre du temps à contacter toutes les têtes d’affiche d’Instagram et de YouTube, prenez le temps de consolider votre approche.

  • Buyer persona : réalisez un portrait type de votre influenceur. Qui est-il, quel est son style, ses messages, son contenu et son positionnement ? Idéalement, à quoi devrait-il ressembler, tant sur le fond que sur la forme ? Quelles seraient les caractéristiques sociodémographiques de vos influenceurs afin que le message soit bien relayé et intégré ? Selon que vous soyez en B2B ou en B2C, ce sont des questions avec des réponses radicalement différentes.
  • Matching de l’audience : il faut s’assurer que l’audience à laquelle va s’adresser votre influenceur soit bien en phase avec votre cible recherchée. Ce matching dépend du contenu et du style de l’influenceur et la cohérence est de mise. Vous n’allez demander à un Youtubeur qui produit des contenus technologiques de relayer votre message au sujet d’une croisière aux Bahamas ou une nouvelle crème hydratante, par exemple. Les messages doivent rester totalement cohérents jusqu’au point où, si le contenu n’était pas sponsorisé, personne ne trouverait rien à redire sur le choix et le traitement du sujet.

Miser sur la diversité pour répartir les risques

Comme avec toute stratégie, la diversité  permet de limiter les risques, de lisser les messages et de s’assurer qu’ils soient bien diffusés à des communautés différentes. Dans le monde de l’influence, on distingue généralement trois grands portraits types :

  • L’influenceur : un leader d’opinion qui parle de ses passions. Il peut être rémunéré pour tester, promouvoir ou parler d’un produit ou d’un service. Sa ligne éditoriale est large, grand public et assez ouverte.
  • Le micro-influenceur : c’est un influenceur qui se concentre sur un marché de niche. Il est plus sélectif que l’influenceur en privilégiant la qualité à la quantité. Il a tendance à se concentrer uniquement sur du contenu premium.
  • L’ambassadeur : un power user fortement attaché à une marque et disposant d’un personal branding important. C’est un client satisfait, un “fanboy” qui défend une marque qui compte pour lui. Son contenu est spécifique, plus technique et avec une analyse plus en profondeur.

S’il faut connaître ces typologies, c’est que le contenu, le ton, le style et la manière de communiquer avec eux sont très différents d’un groupe à l’autre.

Seconde étape dans votre démarche de recherche : prendre le temps de réaliser une veille concurrentielle pertinente. Est-ce que vos concurrents travaillent avec des influenceurs, des micro-influenceurs et des ambassadeurs ? Qui sont-ils ? Pour quel contenu ? Non seulement cela peut vous donner des idées, mais c’est surtout un moyen d’éviter de collaborer trop rapidement avec les mêmes influenceurs que vos concurrents. Le message serait brouillé et peu compréhensif.

Enfin, variez les supports d’influence : ne misez pas que sur Facebook ou Instagram. Regardez aussi Twitter, LinkedIn, YouTube et même Pinterest. Selon votre cible et vos personas, prioriser les réseaux est important, mais ne mettez pas tous vos oeufs dans le même panier.

Déterminer les bons KPI pour choisir ses influenceurs

Si les KPI sont généralement situés en aval d’une campagne, il est possible de les utiliser pour bien choisir un influenceur. Une manière d’utiliser les grands principes du credit management pour scorer les relais potentiels. Quelques exemples :

  • Sa e-réputation : que dit-on sur lui/elle ? Comment l’influenceur est perçu dans sa communauté ? N’y a-t-il jamais eu des dérapages ou des contenus inappropriés ? Prenez le temps de vérifier ses antécédents, ses déclarations publiques et ses prises de position.
  • Les niveaux d’engagement : Dans quelle mesure le contenu de l’influenceur déclenche-t-il des interactions ? Est-ce qu’il génère des questions ? Intervient-il dans les conversations de sa communauté ? Quel est le taux de commentaires, de partages, de retweets, etc. ? Définissez les paramètres qui comptent pour vous. Un influenceur qui enchaîne le partage de contenu promotionnel sans conviction n’aura que peu d’impact.
  • La qualité du contenu partagé : fautes d’orthographe, ton, style, personnalité, ligne éditoriale… est-ce que l’influenceur est en conformité avec l’ADN de votre marque ? Partage-t-il les mêmes valeurs que vous ? Le but de l’influence n’est pas d’être juste vu, mais d’être apprécié à travers un relai de confiance capable de cristalliser vos messages en leviers d’action marketing.

De quelques centaines d’euros à plusieurs milliers par campagne ou par publication, l’influence marketing est un univers qui se structure. Un univers avec ses propres normes et codes qui peut s’avérer être très puissant pour les entreprises qui savent bien s’y prendre – en particulier celles qui peuvent s’appuyer sur une agence ou un partenaire dont c’est précisément le métier.

Cet article vous a plus et vous souhaitez en savoir plus, contactez notre équipe Influence !

en savoir plus
affiliationGénération de leadsMarketing à la PerformancePublicité Mobile

BLACK FRIDAY : 10 conseils pour atteindre vos objectifs

Black friday

Le jour J arrive. Votre stratégie est-elle déjà être définie pour le black friday, le dernier vendredi de novembre ? C’est une période où une vague de promotions alimente les ventes de la fin d’année. Christophe Matos, Global CMO et Board Member de Kwanko, vous indique 10 règles de base pour que les marques survivent et convertissent pendant le black friday.

1- Une stratégie globale 100 % black friday

Chaque année, les annonceurs français suivent de plus en plus la tendance internationale de parier sur le black friday. En effet, l’impact sur les ventes annuelles justifie clairement la mise en place d’une stratégie globale. Le black friday nécessite un PnL dédié, qui n’oublie pas de prendre en compte la cannibalisation des ventes hors remise plus la baisse des marges finales.

2- Commencez la preparation au plus tôt…

Agissez tôt et efficacement pour créer la bonne intéraction au moment idéal. Le black friday est le jour de l’année où davantage d’internautes effectuent leurs achats en ligne. Tous les détails comptent pour créer un « moment de vérité », se traduisant par une expérience positive et potentiellement répétée. C’est le jour pour briller et vous devez être prêts ! Les consommateurs préparent eux-mêmes le black friday à l’avance. Vous devez saisir cette tendance.

3- Augmentez votre base de données avant, pendant et après…

L’emailing interne arrive en 2ème position après les recherches organiques, le plus grand circuit de ventes de l’e-commerce. La collecte de leads s’avère être la meilleure source de prospection et devient le principal atout des annonceurs. Le black friday est l’incentive idéale pour inviter les prospects à s’inscrire. Le but est de réduire vos efforts d’acquisition le jour J, afin d’optimiser vos investissements. Une fois votre collecte de leads effectuée, vous bénéficierez d’une base de données prête à convertir en clients.

4- SEO : accentuez la présence organique dans les moteurs de recherche

Le black friday doit être anticipé et pensé stratégiquement pour les moteurs de recherche. Vous devez développer du contenu sur mesure pour créer un historique et acquérir une présence organique dans le principal moteur de recherche du marché. Soyez pragmatiques dans la qualité de vos contenus pour inciter vos utilisateurs à les partager et ainsi renforcer spontanément leur présence organique. Le SEO exige une organisation et une anticipation qui ne sont pas toujours parfaitement réalisées au bon moment. Cela condamne les marques à devoir investir beaucoup dans les annonces payantes lors de l’événement.

5- PPC, Google ads, réseaux sociaux, emailing et retargeting

Si vous n’avez pas assez de temps pour affiner votre présence organique, rien de tel que d’investir dans une stratégie PPC pour optimiser votre présence et profiter de la vague de recherches. Encore une fois, toutes les entreprises n’ont pas la capacité financière de suivre le rythme des principales recherches. Mais il existe des moyens simples et efficaces pour toucher votre cible : les recherches segmentées, qui assurent un ROI positif.

Le meilleur « best practice » des retailers consiste même à acheter du trafic stratégique, en particulier via le levier emailing sur des bases de données externe opt-in*. C’est le principal levier de trafic entrant, aucun autre levier n’aura autant d’impact immédiat sur vos tableaux de bord.

Au cours du black friday, le nombre de visites sur les sites e-commerce peuvent tripler et le taux de conversion finit par baisser. Alors, il est essentiel de concevoir une stratégie de retargeting pour rentabiliser tout ce trafic et augmenter votre ROI one-line et off-line.

6- Audience ciblée

Les e-commerçants doivent se concentrer sur l’augmentation de la Récurrence, de la Fréquence et du Panier moyen de leurs clients (RFP). Le black friday est en effet une des plus grandes opportunités de l’année d’attirer de nouveaux clients. C’est aussi le moment idéal pour fidéliser et augmenter votre panier moyen. La fidélité ne se limite plus qu’aux canaux internes et il est possible, par exemple, de croiser vos données (Exemple : liste de mails cryptés) avec Facebook pour en définir une stratégie personnalisée qui dynamisera vos résultats.

7- Une vraie stratégie d’e-merchandising

Comme en off-line, les e-marchands doivent savoir comment jouer avec l’e-merchandising pour inciter leurs consommateurs à réagir en fonction des objectifs stratégiques de l’entreprise. Plusieurs raisons peuvent justifier l’importance d’un produit : générateur de cash, marge lucrative, disponibilité en stock, positionnement de la marque, saisonnalité… L’e-merchandising est aujourd’hui la première accroche commerciale in-store et requiert une attention accrue lors du black friday pour assurer la dynamique inhérente à l’événement.

8- Mobile first

Alibaba a annoncé que 82 % de ses ventes, lors du Singles Day (11 novembre), ont été réalisées via mobile. Il est fondamental de guider l’ensemble de votre stratégie dans une réalité « mobile », déjà plus que présent dans le ratio du trafic entrant.

9- Présence sur les sites éditeurs stratégiques

Il est essentiel que vous pariez sur les leviers apporteurs de trafic qualifié. Tout particulièrement les comparateurs de prix et les sites de bons plans qui jouent un rôle clé à ces dates.

10- Le black friday sera bientôt le black november

Black friday, cyber monday, black week… la cohue saisonnière est trop tentante pour qu’elle ne soit pas prolongée ! Être le premier à atteindre le consommateur se révèle une guerre sans fin qui nécessite une certaine vigilance concurrentielle. Le « time to market » (délai de commercialisation) est essentiel et il vous appartient de défier les consommateurs avant, pendant et après l’événement.

*Une base de données opt-in est une base d’adresses email composée de personnes ayant donné leur autorisation pour recevoir des emails commerciaux.

Retrouvez vite l’article #2 de notre série BLACK FRIDAY… Vous souhaitez nous confier votre budget, consultez nos offres !

en savoir plus
1 2 3 4 9
Page 2 of 9