Influence

affiliationGénération de leadsInfluenceMarketing à la Performance

Black Friday : comment être attractif aux yeux des annonceurs ?

Black friday

Événement commercial qui prend de plus en plus d’ampleur, le Black Friday – suivi par le Cyber Monday – est un levier important pour les sites de e-commerce. C’est d’ailleurs souvent le lancement informel de la période des achats pour les fêtes de fin d’année. Si tous les chiffres sont au vert (les ventes en ligne ont augmenté de 14% au deuxième trimestre 2018), cela signifie aussi que l’offre se densifie et que la concurrence se développe. Pour les publishers, le but est donc de bien se positionner pour attirer les annonceurs. Une stratégie qui est le fruit d’un subtil équilibre entre attractivité editoriale et capacité de conversion de l’audience générée.

Une ligne éditoriale cohérente et un contenu de qualité

C’est la première étape de votre stratégie : être en mesure d’attirer des visiteurs en continu et de manière redondante, afin de créer une dynamique vertueuse.

Des valeurs communes

En s’affichant sur un site tiers, l’annonceur s’attend à ce qu’il y ait une cohérence en termes de positionnement, de valeurs et de territoire de marque. Un vendeur d’articles et d’équipements pour la chasse ne s’affichera pas sur un site qui défend l’écologie et le bien-être animal par exemple. Cela signifie que le publisher doit faire transparaître ses valeurs.

Qui est-il ? Que veut-il ? Et en quoi croit-il ? L’information doit être claire et visuelle. L’annonceur pourra ainsi s’assurer que ces valeurs soient bien alignées avec les siennes pour une communication optimale.

Un contenu pertinent

Pour attirer des annonceurs, il faut déjà être en mesure d’attirer des visiteurs sur son site. Ce que les publishers monétisent, c’est une audience. Or, pour y parvenir, il est indispensable d’avoir un contenu pertinent, avec une publication régulière et sur des sujets qui créent de la valeur avec un bon storytelling. Un article de blog de temps en temps sera loin d’être suffisant, par exemple.

Au-delà du contenu pertinent, il ne doit également y avoir aucun compromis sur la qualité du contenu (syntaxe, valeur du contenu, duplicate content, etc.) et l’animation sur le social doit être constante. C’est l’équation gagnante pour une bonne stratégie afin de gagner le cœur des annonceurs.

Le contenu visuel est aussi important que celui du contenu. Affichez votre site aux couleurs de l’évènement du Black Friday, Cyber Monday ou Black Week.

Une ligne éditoriale lisible

La ligne éditoriale, c’est la boussole de votre site. Celle qui vous définit sur le plan rédactionnel. Qu’il s’agisse d’opinions tranchées et d’éditoriaux assumés, ou d’informations plus consensuelles et factuelles, elle doit être claire et ne pas varier dans le temps. Un annonceur qui vous fait confiance doit s’assurer de votre constance. Il doit anticiper sur ce qui sera lu et comprendre les enjeux rédactionnels associés au positionnement éditorial. 

KPI et analytics : les chiffres sont incontournables

Pour un annonceur, choisir un support est une question d’efficacité. L’investissement publicitaire doit générer des visites, qu’il peut transformer en prospect, puis en client. Le ROI est donc indispensable et les publishers doivent savoir parler aux annonceurs.

Pour séduire un annonceur, il faut parler le même langage que lui. Cela signifie connaitre et maitriser tous ses insights afin de promouvoir les plus intéressants. Or, il en existe des centaines : Google Page Rank, nombre de visiteurs, pages vues, temps moyen, taux de rebond, taille des communautés en ligne, taux d’engagement, etc.

Pour s’y retrouver, il faut choisir les plus impactantes. Parler du nombre de visiteurs n’a pas de sens si le taux de rebond est important par exemple. C’est la même chose selon les offres proposées : on ne promeut pas du CPC avec les mêmes metrics que du CPM.

Pour promouvoir vos offres commerciales, mettez en avant vos résultats du Black Friday de l’année précédente : visites entrantes, nombre de pages vues, croissance vs N-1, etc.

Des supports de diffusion de grande qualité

Pour les publishers comme pour les annonceurs, la qualité des supports de promotion est importante. La structure technique des publishers doit être optimisée pour monétiser les espaces publicitaires et les bases de données, créer des kits email optimisés et gérer les formats d’affichage innovants.

Du côté des annonceurs, imposez leur de mettre à disposition des flux produits à jour et bien construit pour faciliter le taux de conversion le jour J. Vos bannières, newsletters et landing pages doivent être optimisées pour intégrer les offres commerciales Black Friday des annonceurs. Il faut donc intégrer de façon cohérente les supports de diffuson des annonceurs avec les vôtres.

Plus les supports de diffusion seront qualificatifs, plus l’impact de la campagne sera perceptible. Un travail gagnant-gagnant pour créer de l’engagement avec des messages personnalisés qui ne nuisent pas à l’expérience utilisateur.

Alors que le Black Friday s’affiche de plus en plus, l’enjeu des annonceurs est de choisir les plateformes qui généreront les meilleurs retours sur investissement. Un travail que les publishers doivent intégrer en amont de l’événement afin de présenter une vraie stratégie durable qui se différencie d’un simple effet d’affichage.

Vous êtes influenceurs, avez une application ou un site mobile ? Vous souhaitez promouvoir un marchand pour le Black Friday ? Contactez notre équipe Publishers ou inscrivez-vous au réseau Kwanko !

en savoir plus
affiliationGénération de leadsInfluenceMarketing à la Performance

Black Friday : préparez votre stratégie de conversion

Black friday

Un événement comme le Black Friday ne s’improvise pas. Garantir sa réussite nécessite une organisation bien huilée, une stratégie claire et un maximum d’anticipation. Or, c’est un challenge de taille face aux multiples priorités que doivent gérer au quotidien les professionnels du marketing. Pour y voir plus clair et optimiser votre méthode, il faut lancer dès maintenant. Comment ? On vous explique.

Avant le Black Friday : être constant et régulier

Le Black Friday, c’est comme un événement de haut niveau. On n’organise pas une Coupe du Monde en trois jours, n’est-ce pas ? Ici, c’est la même chose. Pour créer l’engouement propice au Black Friday, il faut déjà avoir un flux permanent de visiteurs sur l’ensemble de vos sites.

L’affiliation : pour créer de la constance

Plus on parle  de votre marque de manière structurée et claire, mieux c’est. L’affiliation est un relai de vente et de promotion à exploiter très en amont. Vos affiliés peuvent ainsi servir de levier pour générer davantage de trafic de manière continue. Plus vous êtes capable d’alimenter votre communauté d’affiliés en contenu de bonne qualité : textes, images, bannières, wording spécifique, etc., plus le relai sera efficace.

Ce qui compte c’est que vous inscriviez l’affiliation dans la stratégie digitale de votre marque. Grâce à une campagne CPA, votre budget publicitaire ne sera pas dépensé en vain, et chaque euro investi comptera vraiment.

Lead nurturing et inbound marketing : pour accompagner vos leads jusqu’au jour J

Avoir des contacts réguliers et des visiteurs sur votre site, c’est une bonne chose. Mais encore faut-il pouvoir en tirer profit. Pour y parvenir, une stratégie de lead nurturing, couplée à une démarche d’inbound marketing, constitue l’un des secrets de la réussite. Un contenu clair, à forte valeur ajoutée et renouvelé fréquemment crée la fidélisation. De son côté, un tunnel de conversion optimisé, intégrant toutes les grandes étapes du parcours client, et aligné avec ses buyers personas, permet d’avoir une vision holistique du potentiel commercial lié au Black Friday. Il ne reste plus qu’à nurturer efficacement vos leads pour qu’ils soient prêts au bon moment en faisant monter la pression de façon contrôlée.

Application mobile : pour multiplier les points d’entrée vers vos produits

Du côté de votre application mobile, cette dernière devrait également être téléchargée le plus possible. L’idée étant de multiplier les points d’entrée de vos nouveaux prospects, et aussi de vos anciens et nouveaux clients. Si vous disposez également de magasins physiques, la géolocalisation constitue alors un atout important. Vous pourrez pendant le black friday envoyer des notifications aux détenteurs de votre application mobile

Pendant le Black Friday : activer tous les leviers ROIstes

C’est le moment où tout le monde se lance en même temps. Un sprint qui doit être efficace et qui s’appuie à présent sur des outils ROIstes. Le but : la conversion et l’achat. Il existe plusieurs leviers promotionnels efficaces susceptibles de transformer vos prospects en clients au bon moment. Quelques exemples.

Email marketing : pour créer des scénarios automatisés et personnalisés

À partir de votre base de prospects et de l’avancement dans le tunnel de conversion, vous pouvez vous appuyer sur des scénarios de marketing automation afin de diffuser le bon message au bon moment. Promotions spéciales, réductions, bons plans du jour… chaque segment de votre base de données doit être travaillé individuellement pour personnaliser vos approches et créer une expérience client unique.

A partir de base de données externes, et optin, vous pouvez relayez vos promotions au plus grand nombre d’internautes en quête de bonnes affaires. Il faut donc dédier un budget pour ce levier, le confier à votre account manager qui sélectionnera pour vous les meilleures bases de données, correspondantes à votre coeur de cible et sur un modèle rentable, le CPC ou CPM. Vos offres devront être visibles largement pour transformer le trafic en conversions.

Chatbots : pour diversifier votre stratégie

Lors d’un événement comme le Black Friday, il faut créer une connexion émotionnelle avec vos prospects. Pour y parvenir, un chatbot depuis une application de messagerie constitue un outil puissant. Ce dernier peut interagir avec les utilisateurs au moment où ils sont connectés et en lien avec leurs préférences personnelles. Un chatbot permet aussi de répondre aux questions essentielles que peuvent se poser les clients, tout en déchargeant une partie de la pression des épaules de votre service support. En affiliation, le chatbot est aussi un moyen de vous apporter du trafic qualifié sur votre site marchand. 

Publicité et réseaux sociaux : pour n’oublier personne

Malgré tous vos efforts, tout le monde ne viendra pas sur votre site marchand le jour même du Black Friday. C’est la raison pour laquelle il faut aussi pouvoir chercher vos prospects là où ils se trouvent avec une stratégie de SEA et SMA. Si vous disposez d’un outil de réconciliation de données de type CRM onboarding, la démarche n’en sera que plus efficace. Vous pouvez aussi compter sur le retargeting et le remarketing pour vous reconnecter avec vos visiteurs indécis. Enfin, soyez prêt à jouer le jeu des sites de bons plans du type cashback et bons plans, à renforcer vos liens avec vos affiliés et à surveiller constamment l’évolution des prix grâce aux comparateurs en ligne.

Après le Black Friday : créer une relation de confiance

Après le rush du Black Friday, vous devez être en mesure de faire tous les suivis nécessaires. Vendre en ligne, c’est une chose, mais il faut aussi tenir vos promesses en termes de livraison, de disponibilité et de réactivité. C’est pourquoi la relation commerciale ne s’arrête pas à la commande. Renforcez vos équipes au niveau du service client, soyez réactif sur les questions posées et faites des suivis réguliers avec les clients sur leur niveau de satisfaction et avec un contenu spécifique (questionnaires, tutoriels, bonnes pratiques, FAQ et « how to » sur les produits achetés, etc.).

Cette démarche consiste à créer une expérience premium afin de fidéliser vos clients avec un objectif simple : pouvoir les transformer en ambassadeurs pour l’année suivante. C’est pourquoi la relation que vous entretenez avec eux doit perdurer avec des offres exclusives et spéciales, et un contenu spécifiquement conçu entre valorisation personnelle et valeur ajoutée.

Pour les retailers et les e-commerçants, le Black Friday est une période intense, qui génère énormément d’énergie et de créativité. Bien préparées, vos équipes travaillent de façon collaborative et transversale afin d’apporter une expérience unique à vos clients tout s’affranchissant de la concurrence. Notre équipe de production est expérimentée pour vous accompagner sur cette période commerciale la plus forte de l’année. Faites leur confiance, et recevez une proposition personalisée en fonction de vos besoins et objectifs !

en savoir plus
Influence

Recrutez des influenceurs en affinité avec votre marque

Influenceurs

91 % des personnes vont accorder plus de confiance aux influenceurs qu’à une publicité classique. L’influence marketing, un canal en plein développement ? Oui, mais un canal difficile à maîtriser. Et pour cause : 9 fois sur 10 la proposition de partenariat ne convient pas à l’influenceur.

Recruter un influenceur n’est donc pas une démarche qui s’improvise. Tout comme vous ne négligez pas le recrutement de vos collaborateurs, faites de même avec vos influenceurs. Pour y parvenir, il faut donc un minimum de méthode. C’est la raison pour laquelle nous avons condensé pour vous toutes les bonnes pratiques pour bien recruter vos influenceurs en affinité avec votre marque.

influenceurs affinité marque

Savoir où chercher et à qui parler

Comme dans une démarche marketing classique, il faut savoir quoi dire, à qui et comment. Pour les influenceurs, c’est la même chose. Avant de perdre du temps à contacter toutes les têtes d’affiche d’Instagram et de YouTube, prenez le temps de consolider votre approche.

  • Buyer persona : réalisez un portrait type de votre influenceur. Qui est-il, quel est son style, ses messages, son contenu et son positionnement ? Idéalement, à quoi devrait-il ressembler, tant sur le fond que sur la forme ? Quelles seraient les caractéristiques sociodémographiques de vos influenceurs afin que le message soit bien relayé et intégré ? Selon que vous soyez en B2B ou en B2C, ce sont des questions avec des réponses radicalement différentes.
  • Matching de l’audience : il faut s’assurer que l’audience à laquelle va s’adresser votre influenceur soit bien en phase avec votre cible recherchée. Ce matching dépend du contenu et du style de l’influenceur et la cohérence est de mise. Vous n’allez demander à un Youtubeur qui produit des contenus technologiques de relayer votre message au sujet d’une croisière aux Bahamas ou une nouvelle crème hydratante, par exemple. Les messages doivent rester totalement cohérents jusqu’au point où, si le contenu n’était pas sponsorisé, personne ne trouverait rien à redire sur le choix et le traitement du sujet.

Miser sur la diversité pour répartir les risques

Comme avec toute stratégie, la diversité  permet de limiter les risques, de lisser les messages et de s’assurer qu’ils soient bien diffusés à des communautés différentes. Dans le monde de l’influence, on distingue généralement trois grands portraits types :

  • L’influenceur : un leader d’opinion qui parle de ses passions. Il peut être rémunéré pour tester, promouvoir ou parler d’un produit ou d’un service. Sa ligne éditoriale est large, grand public et assez ouverte.
  • Le micro-influenceur : c’est un influenceur qui se concentre sur un marché de niche. Il est plus sélectif que l’influenceur en privilégiant la qualité à la quantité. Il a tendance à se concentrer uniquement sur du contenu premium.
  • L’ambassadeur : un power user fortement attaché à une marque et disposant d’un personal branding important. C’est un client satisfait, un “fanboy” qui défend une marque qui compte pour lui. Son contenu est spécifique, plus technique et avec une analyse plus en profondeur.

S’il faut connaître ces typologies, c’est que le contenu, le ton, le style et la manière de communiquer avec eux sont très différents d’un groupe à l’autre.

Seconde étape dans votre démarche de recherche : prendre le temps de réaliser une veille concurrentielle pertinente. Est-ce que vos concurrents travaillent avec des influenceurs, des micro-influenceurs et des ambassadeurs ? Qui sont-ils ? Pour quel contenu ? Non seulement cela peut vous donner des idées, mais c’est surtout un moyen d’éviter de collaborer trop rapidement avec les mêmes influenceurs que vos concurrents. Le message serait brouillé et peu compréhensif.

Enfin, variez les supports d’influence : ne misez pas que sur Facebook ou Instagram. Regardez aussi Twitter, LinkedIn, YouTube et même Pinterest. Selon votre cible et vos personas, prioriser les réseaux est important, mais ne mettez pas tous vos oeufs dans le même panier.

Déterminer les bons KPI pour choisir ses influenceurs

Si les KPI sont généralement situés en aval d’une campagne, il est possible de les utiliser pour bien choisir un influenceur. Une manière d’utiliser les grands principes du credit management pour scorer les relais potentiels. Quelques exemples :

  • Sa e-réputation : que dit-on sur lui/elle ? Comment l’influenceur est perçu dans sa communauté ? N’y a-t-il jamais eu des dérapages ou des contenus inappropriés ? Prenez le temps de vérifier ses antécédents, ses déclarations publiques et ses prises de position.
  • Les niveaux d’engagement : Dans quelle mesure le contenu de l’influenceur déclenche-t-il des interactions ? Est-ce qu’il génère des questions ? Intervient-il dans les conversations de sa communauté ? Quel est le taux de commentaires, de partages, de retweets, etc. ? Définissez les paramètres qui comptent pour vous. Un influenceur qui enchaîne le partage de contenu promotionnel sans conviction n’aura que peu d’impact.
  • La qualité du contenu partagé : fautes d’orthographe, ton, style, personnalité, ligne éditoriale… est-ce que l’influenceur est en conformité avec l’ADN de votre marque ? Partage-t-il les mêmes valeurs que vous ? Le but de l’influence n’est pas d’être juste vu, mais d’être apprécié à travers un relai de confiance capable de cristalliser vos messages en leviers d’action marketing.

De quelques centaines d’euros à plusieurs milliers par campagne ou par publication, l’influence marketing est un univers qui se structure. Un univers avec ses propres normes et codes qui peut s’avérer être très puissant pour les entreprises qui savent bien s’y prendre – en particulier celles qui peuvent s’appuyer sur une agence ou un partenaire dont c’est précisément le métier.

Cet article vous a plus et vous souhaitez en savoir plus, contactez notre équipe Influence !

en savoir plus
Influence

Influence marketing : optimisez votre R.O.I. avec l’Earned Media Value

Earned media Value

Que ce soit sur Instagram, Facebook, Twitter, un blog ou une vidéo YouTube, l’influence marketing fait partie de ces leviers décisionnels de plus en plus présents, mais paradoxalement assez difficiles à mesurer. Du moins en apparence. C’est pourquoi, il existe des stratégies et des méthodologies bien établies, pour mesurer l’Earned Media Value, afin de vous aider à prendre les bonnes décisions et à définir des KPI adaptés.

Retour aux fondamentaux : qu’est-ce que l’Earned Media Value ?

L’Earned Media Value (EMV) désigne la valeur de l’exposition médiatique d’une marque lorsqu’on parle d’elle sur des canaux que l’entreprise ne contrôle pas directement (et qui sont généralement gratuits). Il s’agit des articles réalisés par des blogueurs, des vidéos sur YouTube, du travail des influenceurs sur les réseaux sociaux, mais également des commentaires et avis des clients sur des plateformes d’agrégations comme Google My Business, Yelp ou TripAdvisor.

L’EMV est directement lié à l’influence marketing.

Plus une marque aura la capacité d’influencer nativement une personne disposant d’une forte communauté, plus la valeur générée en retour sera grande. En ce sens, c’est une mesure de confiance et de crédibilité, que ce soit en B2B ou en B2C. Une nouvelle forme de bouche-à-oreille qui peut se propager très vite, en positif comme en négatif, et impacter l’EMV.

L’EMV complète ainsi d’autres dispositifs d’exposition médiatique comme le Paid Media (la publicité achetée en ligne ou dans un support physique), le Owned Media (le contenu créé et généré par la marque) et le Shared Media (l’ensemble du contenu partagé en ligne via les plateformes sociales). La combinaison de toutes ces approches forme ainsi le modèle PESO.

Comment mesurer l’Earned Media Value ?

Parce qu’elle n’est pas contrôlée par la marque, l’EMV est, par nature, assez volatile.

Un exemple concret : comment mesurer l’impact d’une photo partagée par une influenceuse sur Instagram qui mettrait en scène votre produit ?

Une manière simple serait de considérer le postulat suivant : si vous arrêtiez toute activité organique sur les réseaux sociaux, combien devriez-vous payer pour atteindre les mêmes objectifs en Earned Media ?

Mesurer l’EMV est donc une combinaison unique et non standardisée qui intègre plusieurs facteurs comme le nombre de vues, de likes, de commentaires, de partages, de clics, etc.

Il existe deux grandes étapes dans la mesure de l’EMV : l’exposition et l’engagement.

L’exposition est le nombre de personnes ayant vu votre marque à travers le travail des créateurs de contenu. Ils ont été exposés à elle et plus cette exposition est forte, plus elle est susceptible de mener à une conversion qui est alors caractérisée par un engagement.

L’engagement est une action volontaire d’un utilisateur qui peut se caractériser par un partage, un commentaire et un clic sur un lien pouvant ainsi mener à un achat.

À chaque mesure d’engagement, on peut attribuer une variable. Soit un score, soit un montant en euros par exemple. Plus l’effort réalisé par l’utilisateur est important, plus le score de l’action l’est aussi. Si un like est monétisé à 1€, un partage pourrait être à 2,5€, un commentaire positif à 4€ et un clic sur un CTA à 8€.

Il est également possible d’utiliser des KPI plus traditionnels comme le nombre de vues ou de personnes engagées par rapport au nombre total de personnes dans la communauté. Ou en comparant avec ses concurrents à travers l’utilisation de logiciels tiers capables d’agréger ces données publiques.

Les bonnes pratiques pour mesurer votre retour sur investissement

Afin d’optimiser votre retour sur investissement, l’influence marketing devrait s’intégrer dans un cadre global à travers différentes approches et plateformes. Si tout miser sur Instagram peut être tentant, ne négligez pas les autres outils à votre disposition (blog, vidéo, Facebook, Pinterest, etc.). Chaque canal doit ainsi avoir un message, une ligne éditoriale et un objectif particulier.

Concrètement, vouloir « ​augmenter la notoriété d’une marque ​» n’est pas un objectif. C’est un souhait.

Exposer votre produit à 5000 prospects en deux semaines ou augmenter vos abonnés de 15% dans les trois prochains mois sont des exemples d’objectifs concrets. Gardez bien en tête que chacun d’entre eux doit être SMART (spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et temporellement défini).

Enfin, n’oubliez pas qu’il existe des outils qui permettent de mesurer plus spécifiquement l’EMV, à travers le comportement des prospects en ligne : retargeting, pixel de suivi, lien brandé, clic sur CTA, code promotionnel, lien d’affiliation… autant de moyens d’action à intégrer dans votre tableau de bord.

Parce qu’elle est encore relativement nouvelle dans le paysage marketing, il n’est pas rare que l’Earned Media Value suscite de nombreuses questions de la part des professionnels du marketing. Si la notoriété ou la puissance d’une marque est complexe à mesurer, l’EMV n’en reste pas moins un levier très puissant au sein de votre stratégie marketing, capable de mesurer la conversion de prospects dans votre tunnel de vente.

 

Cet article vous a plus et vous souhaitez en savoir plus, contactez-nous !

en savoir plus
Influence

Les tendances 2018 du marketing d’influence

Les tendances 2018 du marketing d’influence – Influence

Selon une étude de l’agence Geometry Global, pour 33% des acheteurs, les influenceurs sur les réseaux sociaux constituent la source de confiance la plus importante au moment de faire un achat.

Parmi les plateformes en pointe sur l’influence marketing, 92% des répondants à cette autre étude de l’agence Linqia citent Instagram comme le réseau le plus puissant, suivi de Facebook pour 77% d’entre eux.

Des chiffres qui illustrent bien la puissance grandissante de l’influence dans le petit monde du marketing digital. Si 2017 fut une année bouillonnante pour les influenceurs avec une activité en croissance et de nouvelles fonctionnalités sociales facilitant un nouveau type de storytelling (live, story, filtres…), 2018 s’annonce comme l’année de la consolidation. L’influence s’industrialise et des tendances émergent pour influencer mieux et plus efficacement. On vous explique.

Les micro-influenceurs de plus en plus prisés

Ce sont des influenceurs qui se concentrent sur un marché de niche et qui partagent une expertise particulière dans un domaine clairement identifié. Qu’il s’agisse de lifestyle, de beauté, d’informatique, de culture générale, de culture geek, musicale ou artistique, ils sont suivis et encouragés par une communauté moins nombreuse que les influenceurs traditionnels, mais cette dernière est bien plus engagée. À la fois spécialistes et experts, disposant d’une authenticité unique, les micro-influenceurs sont de plus en plus ciblés par les annonceurs qui veulent affiner leur stratégie d’influence. Il faut dire qu’ils sont plus faciles d’accès et sont plus dans l’authenticité que dans l’apparence absolue. Leur contenu est toujours très solide, ils interagissent beaucoup en ligne et veulent avant tout faire partager leur passion.

L’influence devient tendance en B2B

Si le B2C a pendant longtemps été le premier marché de l’influence, cette dernière se développe de plus en plus dans le B2B. Toutefois, le ton, le style et les attentes sont différents, car même si les professionnels du marketing en B2B ont les mêmes priorités que ceux en B2C (lead generation, lead nurturing et conversion), le processus décisionnel est très différent. Il implique plusieurs personnes et peut prendre beaucoup de temps. Et c’est justement là où le marketing d’influence est un levier qui peut s’avérer très efficace. Un exemple concret avec SAP, le célèbre éditeur de logiciels professionnels. L’entreprise travaille avec des influenceurs qui peuvent être des consultants, des business analysts, des conférenciers, des auteurs ou des professeurs en co-créant du contenu à partager et en les faisant participer à des grands événements publics. Une manière d’associer plusieurs communautés autour d’une cause commune.

La puissance du live

Auparavant réservé à Periscope, le live n’a désormais plus rien d’exceptionnel et fait partie de la panoplie d’outils à la disposition des influenceurs. Un simple smartphone permet de tourner et de partager une vidéo en direct à tout moment. Sur Instagram, elles sont intégrées au flux de production des influenceurs et font partie des techniques utilisées pour se connecter émotionnellement avec sa communauté. FAQ, unboxing ou participation à un événement, le direct crée une tension affective forte en vivant l’instant présent de manière encore plus intense.

Un monde à la merci des algorithmes

La baisse du reach organique des marques sur les grandes plateformes a aussi un impact sur l’influence marketing. D’autant plus qu’à tout moment, une décision unilatérale des GAFAM peut faire trembler de nombreuses marques en réduisant leur visibilité en ligne. Ce fut d’ailleurs le cas au début de l’année 2018 lorsque Facebook a changé son algorithme pour limiter l’affichage des pages et renforcer ceux des profils. L’impact est immédiat : pour être vu sur les réseaux sociaux, il faut mettre la main au portefeuille ! Raison de plus pour sécuriser sa stratégie, diversifier ses outils marketing, ses plateformes sociales et ne pas hésiter à investir dans la publicité pour valoriser le contenu réalisé avec vos influenceurs.

Intégration des influenceurs dans le tunnel de conversion

Parmi les leviers marketing existants, l’influence a longtemps été perçue comme une démarche promotionnelle organique, qui fonctionnait en parallèle des opérations très structurées de publicités en ligne et de lead generation. Or, aujourd’hui l’influence se structure et s’organise. Elle devient une étape dans un parcours de vente qu’il faut suivre, analyser et mesurer avec des outils optimisés pour le cross-device. On définit des KPIs à partir de critères économiques précis, comme le coût par engagement, le coût d’acquisition client, etc, et la croissance du nombre de followers ou d’abonnés devient une variable secondaire qui s’interprète dans un contexte global.  “La mesure de la performance des campagnes d’influence est évoquée par nos clients depuis quelques années déjà. Au delà d’en parler, ils souhaitent à présent analyser les performances de leurs actions en influence marketing. En tant qu’acteur du marketing à la performance depuis 2003, nous avons cette culture ROIste, ce qui nous permet d’apporter les réponses nécessaires à nos clients dans ce domaine.” précise Julien Tournier, Head of Influence Department. L’influence marketing permet également d’adapter et de personnaliser un contenu selon qu’il s’agisse de découvrir une nouvelle marque, de présenter un nouveau produit ou de tester une collection, un produit ou une nouvelle fonctionnalité.

Des contenus en direct qui suscitent toujours plus d’engagement, une structuration de l’influence au sein des tunnels de conversion et en B2B, l’émergence des micro-influenceurs et l’impact des algorithmes façonnent ce nouveau monde de l’influence marketing. Vous l’aurez compris, l’influence se révèle comme un nouveau levier capable de jouer sur l’image et la notoriété, comme sur la conversion et l’augmentation des ventes. Une approche deux-en-un à expérimenter ou à approfondir d’urgence.

en savoir plus
Actu KwankoInfluenceMarketing à la Performance

Ce qu’il faut retenir du salon Affiliate Summit Europe 2018 – Londres

Stand Kwnko Affiliate Summit Europe

Chaque secteur d’activité a ses salons à ne pas manquer. L’Affiliate Summit Europe 2018 fait partie de ceux-là. Un rendez-vous incontournable pour les professionnels de la publicité à la performance et du marketing digital au sens large, qui mêle networking, keynotes, sessions de formation et partage de bonnes pratiques. C’est pourquoi notre équipe était au grand complet à Londres, les 6 et 7 Février derniers. Parmi les tendances qui vont déferler sur 2018 : l’influence marketing et la stratégie d’affiliation. On vous explique.

Le salon Affiliate Summit Europe

Fondé en 2003 par Shawn Collins and Missy Ward, l’Affiliate Summit s’est considérablement développé. Il en existe aujourd’hui plusieurs éditions annuelles qui se déroulent à la fois en Amérique du Nord et en Europe à un rythme régulier. Londres a ainsi accueilli plus de 1600 visiteurs et 800 affiliés venus partager leurs connaissances, développer leurs expertises et en savoir plus sur les tendances à venir. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont été servis.

De notre côté, Kwanko était représenté par son équipe britannique, emmenée par Alvaro Sanchez, Managing Director et spécialiste du marketing à la performance côté annonceurs, ainsi que par Zaza Zakaraia, Affiliate Account Manager et expert marketing côté publishers. Ce fut l’occasion de mettre en avant les solutions que nous proposons au quotidien pour augmenter les ventes, générer davantage de trafic, développer une stratégie pertinente de lead generation, optimiser les conversions et développer une approche d’influence marketing pour nos clients.

L’influence marketing : un engouement qui ne se dément pas

L’influence marketing est un levier majeur dans le monde du marketing digital. Un game changer qui est en train de s’imposer et de se structurer aux côtés des méthodes plus traditionnelles de publicités en ligne. Un nombre croissant de marques s’y sont lancées, d’autres sont en train d’expérimenter par petites touches, mais toutes s’y intéressent. L’influence est aujourd’hui partout, c’était le cas aussi dans les allées, les stands et les salles de conférence de l’Affiliate Summit Europe.

C’est justement pour répondre à ces besoins que les influenceurs peuvent intégrer une stratégie d’acquisition. Mais travailler avec eux requiert de l’expérience, de la pratique et l’accompagnement d’une équipe formée.

Marketing à la performance : comment bien travailler avec les influenceurs ?

La première chose à faire est de comprendre comment sont organisés les influenceurs. Contenu, ligne éditoriale, ton, taille et engagement de sa communauté, expertise des sujets… avant de savoir comment bien travailler avec les influenceurs, il faut les connaître et comprendre ce qui peut les motiver. C’est un travail de confiance sur le long terme, mais la bonne nouvelle c’est que le marketing à la performance est l’un des outils les plus efficaces pour la plupart des micro-influenceurs.

La seconde étape est de bien communiquer avec les influenceurs. L’étude “Vuelio UK Bloggers Survey 2017” a révélé que plus d’un tiers d’entre eux sont contactés en moyenne jusqu’à 7 fois par semaine. Or, très peu de ces contacts se concrétisent réellement par des contenus valorisés sur les blogs, chaînes ou comptes sociaux des influenceurs. D’où l’importance de faire des choix ciblés et de bien choisir ses mots pour ne pas les noyer sous un jargon technique qu’ils ne maîtrisent pas forcément. Pour bien communiquer avec des influenceurs, il faut créer une relation humaine naturelle et prendre le temps de s’intéresser à leur marque et à leur audience. Une démarche gagnant-gagnant qui consiste à les aider, à vous aider.

Enfin, l’approche financière est extrêmement importante : le modèle traditionnel basé sur le CPA et financé par une conversion sur le dernier clic ne fonctionne pas avec les influenceurs. Il faut élargir ce périmètre pour un tracking plus efficace, établi sur l’engagement de la communauté. Or, pour y parvenir, chaque annonceur doit comprendre et connaître les KPIs et les metrics les plus impactantes pour sa marque et construire sa relation avec les influenceurs autour de ces dimensions plus ouvertes et moins restrictives.

À la fois catalyseur d’énergie créative, lieu de rencontres à forte valeur ajoutée et partage de bonnes pratiques, le salon Affiliate Summit Europe nous a permis de confirmer la pertinence de nos solutions d’acquisition à la performance et d’enrichir l’expertise de nos équipes sur des problématiques hyper ciblées. Une manière aussi de s’exposer directement face aux annonceurs et aux publishers pour y partager notre expérience et notre savoir-faire.

Si cet article vous a plu, vous pouvez télécharger notre livre blanc « Tout ce que vous devez savoir pour booster la performance de vos campagnes digitales ». Vous pouvez aussi découvrir nos solutions de marketing à la performance ou nous contacter pour en savoir plus !

en savoir plus
Influence

Le marketing d’influence : un enjeu important pour les marques

influence

Forts de leur communauté et d’un contenu à forte valeur ajoutée, les leaders d’opinion sont devenus des partenaires incontournables pour les marques. Julien Tournier, responsable du Pôle Publishing chez Kwanko, revient en détail sur l’offre « Influence » qui permet aux annonceurs de valoriser leur image de marque, de susciter de l’engagement mais aussi de générer des ventes.

en savoir plus
Influence

8 astuces pour monétiser son blog

Tout savoir du social listening

Vivre à temps plein de sa passion, voyager gratuitement dans le monde, tester des grands restaurants, être invité à des événements exclusifs… Avouez que ça fait envie, non ? Ce quotidien c’est celui des blogueurs influents, mais il ne représente qu’une infime proportion parmi tous les blogueurs actifs. Selon une étude américaine, les deux tiers des blogueurs gagnent moins de 5 000 dollars par an. Cruelle désillusion ?
On peut se consoler en se disant que dans le tiers restant, 11% gagnent plus de 30 000 dollars et même plus de 60 000 pour les 6% les plus riches. Alors, s’il est difficile de vivre de son blog à temps plein, c’est en revanche un excellent complément de revenu à moindres frais, une manière de partager ses passions et de gagner de l’argent en faisant ce que l’on aime vraiment. Que vous souhaitiez vous lancer dans le blogging ou que vous vouliez passer à la vitesse supérieure, découvrez nos 8 astuces pour monétiser votre blog.

en savoir plus
Influence

Influence Native : 4 conseils pour réussir vos campagnes

affiliation youtubeuse mode beaute

1/ L’influenc enative  ne se résume pas qu’à un seul réseau social. Il est important de s’appuyer sur l’ensemble des réseaux sociaux existants (Youtube, Facebook, Instagram, Pinterest…)

2/ Non, le blogueur n’est pas votre employé : il a construit sa réputation, son audience et connaît parfaitement sa ligne éditoriale. Il est donc en droit de décider de ce qu’il va publier sur son blog. Vous devez le considérer comme un partenaire de grande valeur, capable d’apporter par ses conseils une réelle valeur ajoutée à votre projet.

3/ Ne vous trompez pas de critères : l’influenceur doit être choisi en fonction de son audience et de sa ligne éditoriale. Elle doit correspondre à l’image de marque que vous souhaitez refléter à travers cette campagne et l’audience doit être scrupuleusement choisie en fonction de vos objectifs marketing.

4/ Associez le blogueur à votre démarche : sans lui imposer trop de contraintes. Associez-le, dès le début du projet, à vos enjeux et problématiques. Il comprendra ainsi la nécessité de trouver avec vous les informations à mettre en valeur, ainsi que l’heure et la date de publication pour bénéficier de l’audience la plus intéressante. Laissez-le vous conseiller sur l’angle à adopter pour que cela s’intègre parfaitement à sa ligne éditoriale et que l’article gagne en légitimité.

Julien Tournier, Responsable Pôle Publishing, KWANKO

en savoir plus
1 2
Page 1 of 2