Marketing à la performance

Marketing à la performance

Le contenu visuel influe-t-il sur le taux de conversion ?

Taux de conversion

Un produit de bonne qualité, une excellente réputation en ligne, des textes adaptés… est-ce que tout cela est suffisant pour bien vendre en ligne ?

Malheureusement, la réponse est non.

Nous vivons dans un monde où les images règnent en maître, notamment à cause de l’explosion des visuels sur les réseaux sociaux. Et les raisons sont nombreuses : une image véhicule des émotions, elle illustre un propos, elle structure un design et participe de très près à une bonne expérience utilisateur. Pour optimiser votre taux de conversion, assurez-vous de créer un univers visuel approprié et adapté à vos valeurs et à vos cibles.

Conseils et bonnes pratiques pour refaire le point sur vos images.

Choisir une image… mais quelle image ?

Vendre un bon produit sans visuel est difficile. Mais vendre un bon produit avec un mauvais visuel l’est encore plus.

Le choix du visuel doit s’intégrer très tôt dans la chaîne de production, en amont de la rédaction d’un article, d’une page produit ou d’une landing page. Sur le web, la photo est bien souvent le seul lien visuel entre un produit et un client potentiel. Certes, on peut toujours parler de la vidéo ou même de la réalité virtuelle ou augmentée, mais soyons francs : quand on a des dizaines ou des centaines d’articles en ligne, il est illusoire d’imaginer investir sur ces nouveaux médias.

Par conséquent, la photo doit être – idéalement – soignée et plurielle. Faites appel à un professionnel et variez les angles de vue, mais également les contextes : sur un fond blanc, avec des détails, en situation, etc.

En dehors des produits, on peut aussi chercher à illustrer un service, une expérience, des valeurs ou un concept. C’est ici que les images de banque sont souvent utilisées, mais les clients sont de plus en plus et de mieux en mieux éduqués : évitez à tout prix les mêmes images identiques low cost que l’on retrouve partout avec ces portraits de faux clients ou de faux conseillers aux sourires éclatants, façon “business” dans un bureau en verre à la lumière parfaite. Au besoin, faites un shooting photo dans vos locaux. Un projet qui peut rapprocher vos équipes, créer du lien et donner un côté bien plus authentique en partageant, par exemple, le making-of sur les réseaux sociaux. L’investissement sera bien plus rentable sur le long terme.

Vous pouvez aussi piocher du côté des banques d’images gratuites qui se sont multipliées ces dernières années. Elles offrent encore des images rares et nouvelles, et représentent des options alternatives de grande qualité dès lors qu’on passe un peu de temps à y faire des recherches.

Il ne faut pas, non plus, se limiter aux photos : data design, infographie, illustration, vidéo, GIF… plus vous êtes créatif, plus vos plateformes refléteront votre image et plus vous pourrez apparaître comme étant unique vis-à-vis de vos clients.

Penser multi-plateforme

Votre visuel peut être en plein écran, avec un effet de parallaxe ou sous un format de vignette surmonté d’un titre. Dans tous les cas, n’oubliez surtout pas de tester le rendu final sur une grande variété de terminaux. Si le responsive design est une démarche normale, il faut tout de même garder en tête que les téléphones ont des écrans très différents dans les formats, la résolution et la définition d’écran. Entre le petit iPhone SE de 4 pouces et la version phablette de chez Samsung, le design peut avoir un rendu très différent, provoquant chevauchement d’images et de titres si on n’y fait pas attention.

La variété des affichages impose donc du temps pour bien intégrer vos visuels et s’assurer que le rendu soit optimal. Les pires scénarios ? Une légende qui est décalée, un CTA pas au bon endroit ou un titre illisible sur une photo dont l’affichage est mal pensé. L’impact sur votre taux de conversion risque d’être immédiat, mais pas dans le sens que vous attendez.

Enfin, si le visuel est important, pensez aussi à la police d’écriture pour que l’ensemble soit bien clair, lisible et harmonieux (taille, style, usage du gras, etc.).

Les bonnes pratiques visuelles pour optimiser son taux de conversion

Afin d’optimiser votre taux de conversion, la gestion des images doit être très rigoureuse d’un point de vue créatif, ergonomique et marketing. Quelques exemples :

  • Identifier l’objectif de la page : la page que vous cherchez à illustrer sert-elle à vendre, à promouvoir une offre, à faire de la réassurance, à afficher un produit ? Quel KPI utilisez-vous pour savoir si elle est pertinente ?
  • Définir l’objectif du visuel : une image juste pour le principe d’avoir un visuel n’a aucun intérêt. Chaque image doit servir à quelque chose. Elle doit avoir un but précis qui contribue à l’efficacité de la page, en phase avec vos valeurs, votre mission et votre positionnement.
  • Tester l’impact de l’image : votre équipe adore vos nouveaux visuels. Tant mieux, mais est-ce aussi le cas de vos clients ? Ne vous fiez pas uniquement à votre instinct. L’A/B testing est un outil très puissant pour affiner vos visuels, vos images et faire les bons choix.
  • Optimiser les CTA : puisque c’est souvent sur eux que repose la conversion, assurez-vous de les intégrer le plus haut possible dans la page, et idéalement au-dessus de la ligne de flottaison. Une étude a montré une efficacité supérieure de 84% lorsque les CTA sont visibles plus rapidement.

Intrinsèquement liée à l’expérience utilisateur, la qualité de vos visuels, ainsi que leurs dispositions et la puissance émotive qu’ils véhiculent, joue un rôle central dans l’optimisation de votre taux de conversion. Passer du temps sur vos images, votre contenu visuel, et plus globalement sur le design de vos plateformes permet de vous démarquer de vos concurrents et de créer de la confiance : deux facteurs clés de réussite pour optimiser votre croissance en ligne.

Si cet article vous a plu, vous pouvez télécharger notre livre blanc « Tout ce que vous devez savoir pour booster la performance de vos campagnes digitales ». Vous pouvez aussi découvrir nos solutions de marketing à la performance ou nous contacter pour en savoir plus !

en savoir plus
Actu KwankoAffiliation

[Nouvelle collaboration] Galeries Lafayette & Bazarchic x Kwanko

Collaboration GL – BC – Kwanko

L’équipe Kwanko est ravie d’annoncer sa toute nouvelle collaboration avec Galeries Lafayette et Bazarchic. Depuis le 1er Juin 2018, nous relayons les programmes d’affiliation Galeries Lafayette et Bazarchic en exclusivité !

Galeries Lafayette c’est un groupe qui détient plus de 280 magasins et ses sites e-commerce à travers les marques : Galeries Lafayette, BHV MARAIS, La Redoute, Louis Pion, Galeries Lafayette – Royal Quartz Paris, Guérin Joaillerie, BazarChic et InstantLuxe.com.

Le groupe nous a déjà confié la gestion de ses programmes Instantluxe (2013), puis Louis Pion (2017). Ils sont toujours disponibles sur notre plateforme !

Pourquoi rejoindre le programme d’affiliation Galeries Lafayette ?

– Des opérations commerciales régulières : Ventes Privées, Shopping party mode, des exclusivités, des bons plans,..
– Plus de 8 typologies de diffusion autorisées : bons plans, display, emailing,…
– Des rémunérations attractives et boostées jusqu’au 26 Juin 2018
– Des supports de diffusion mis à jour très régulièrement : plus de 90 000 références produits, des bannières, liens textes,…

« Je compte sur vous pour postuler rapidement au programme et vous invite à m’envoyer vos propositions de mises en avant ! » Thibaud Labourdette, Senior Account Manager – thibaud.labourdette[@]kwanko.com

Pourquoi rejoindre le programme d’affiliation BazarChic ?

– C’est l’un des leaders e-commerce des ventes événementielles premium : mode, gastronomie, maison et voyage
– Plus de 8 typologies de diffusion autorisées : bons plans, display, emailing,…
– Des rémunérations attractives et boostées tout le mois de juin 2018
– Des supports de diffusion mis à jour très régulièrement : plus de 20 000 références produits, des bannières, liens textes,…

« Une belle opportunité de développer vos gains et de créer des liens avec ce beau site de ventes privées. Postulez vite !» Morgan Challand, Account Manager – morgan.challand[@]kwanko.com

Merci à Galeries Lafayette et Bazarchic pour leur confiance.

Vous souhaitez rejoindre notre réseau de publishers, inscrivez-vous à notre plateforme !

Vous souhaitez confier votre projet à l’équipe Kwanko ? Cliquez ici !

en savoir plus
Marketing à la performance

Coupe du monde de football : comment renforcer sa présence publicitaire pendant cette période ?

comment renforcer sa présence publicitaire ?

145 000 euros, c’est le prix pour un simple spot de publicité de trente secondes pour les matchs de poule de l’équipe de France sur TF1. Si les Bleus vont jusqu’en finale, le prix monte à 280 000 euros. La coupe du monde de football fait vendre, c’est indéniable, et les prix donnent le tournis. Mais quand on ne s’appelle pas Visa, Coca-Cola ou Adidas, il est bien souvent impossible de dépenser de telles sommes d’argent. Pour autant, cela ne veut pas dire que vous ne disposez d’aucun levier d’action, car heureusement, il existe d’autres alternatives pour renforcer sa présence publicitaire pendant la coupe du monde de football.

Développez votre contenu avec le newsjacking

Le newsjacking est une manière d’utiliser l’actualité pour rebondir sur un événement destiné à faire parler de vous. En général, il est partie intégrante de votre campagne de content marketing, puisqu’il utilise tous les canaux de communication à votre disposition : articles de blog, publications sur Facebook, photos sur Instagram, vidéos sur YouTube, mais également publicités dans des supports plus traditionnels, événementiel ou street marketing.

Le newsjacking est une démarche très populaire sur les réseaux sociaux. Twitter tient d’ailleurs à la disposition de ses utilisateurs un calendrier recensant tous les événements importants sur lesquels rebondir. De la sortie d’un blockbuster au cinéma aux événements sportifs d’envergure, en passant par les grands salons de la planète, les temps forts de la haute couture ou les différents awards, tout y est recensé.

Le newsjacking est un travail qui nécessite énormément de réactivité et de créativité, mais si ce ton est en phase avec votre ligne éditoriale, il y a beaucoup de matière à travailler. Ce qui compte, c’est d’alterner entre différents types de contenu pour ne pas lasser votre communauté.

Deux exemples de newsjacking qui ont bien fonctionné :

  • Pour les 90 ans de la Reine Elizabeth II, le Burger King de Tottenham Court Road à Londres s’était rebaptisé « ​Burger Queen ​». Viralité garantie !
  • En 2013, la marque Oreo a sorti en quelques minutes une image postée sur Twitter lors de la finale du Super Bowl, au moment où le stade de La Nouvelle-Orléans était plongé dans le noir suite à une coupure de courant. Le message indiquait qu’il était toujours possible de croquer ces biscuits dans l’obscurité. Une audace incroyable pour un buzz qui n’a rien coûté.

Misez sur l’ambush marketing

Le « ​marketing en embuscade ​», en français, désigne le fait de surfer sur la notoriété d’un événement dans le cadre d’actions ponctuelles. Quelques exemples en lien avec la coupe du monde de football :

  • Animation de votre point de vente : concours de baby-foot, retransmission des matchs, concours de pronostics, parties de jeu vidéo, réduction pour les clients déguisés, ceux qui parviennent à marquer un but ou à enchaîner les figures techniques, etc.
  • Organisation d’un événement privé : visionnage d’un match important (finale ou demi-finale par exemple) en mode VIP pour vos meilleurs clients dans un lieu atypique ou un cadre spécifiquement aménagé pour la coupe du monde.
  • En ligne et sur les réseaux sociaux : concours de pronostics, quizz et jeux de culture générale sur les équipes engagées ou les pays associés à la coupe du monde.
  • Récompenses et lots de consolation : si votre activité est internationale, vous pouvez faire une offre spéciale à tous vos clients originaires d’un pays ayant gagné un match et une offre de compensation à ceux ayant perdu.
  • Lancement d’une opération commerciale : un remboursement partiel sur un produit selon l’avancement de l’équipe de France dans la compétition. En 2010, par exemple, Carrefour remboursait l’achat d’un nouveau téléviseur à 25% si les Bleus arrivaient en demi-finale, à 50% s’ils arrivaient en finale et à 100% en cas de victoire ultime.
  • Pour tous les autres : parce que tout le monde n’aime pas le football, vous pouvez aussi en profiter pour proposer des produits, services ou événements pour celles et ceux qui prévoient une indigestion de ballon rond du 14 juin au 15 juillet.

Mais faites les choses dans les règles…

Vouloir profiter des occasions offertes par la coupe du monde de football pour développer votre business est légitime et humain. Toutefois, n’oubliez pas de respecter les règles pour éviter le pénalty qui vous serait préjudiciable : il est impossible d’utiliser les visuels officiels si vous n’êtes pas un partenaire de l’événement. D’autre part, il faut garder en tête que certains mots qui désignent l’événement sont des marques déposées, comme FIFA, World Cup, Copa 2018, Russia 2018, ainsi que les dessins et modèles (enregistrés et non enregistrés) et les droits d’auteurs sur l’affiche, l’emblème et la mascotte. La FIFA, qui est l’entité organisatrice de la coupe du monde, met d’ailleurs les marques en garde avec une section spécifiquement dédiée à ce sujet sur son site web. Si vous vous lancez, faites attention au carton rouge, car ça peut coûter cher !

Impossible de passer à côté de la coupe du monde de football. Avec les Jeux olympiques, c’est l’événement sportif le plus populaire du monde. Forcément, toutes les marques s’y intéressent et pas uniquement les sponsors officiels. Comme tout événement, prenez le temps de bien préparer, planifier et d’anticiper vos actions, afin que la coupe du monde soit une réussite… et pas uniquement pour votre équipe préférée ! 

Cet article vous a plus et vous souhaitez travailler avec nos équipes, contactez-nous !

en savoir plus
Affiliation

Les 3 clés pour animer efficacement son programme d’affiliation

Conseils réussite programme affiliation

Plus de 32% des ventes en ligne sont désormais le fruit de l’affiliation dont l’email marketing, selon une étude de Business Insider. La publicité à la performance reste donc un levier commercial solide pour la vente en ligne. Mieux, c’est un levier en pleine croissance, puisqu’une étude de Forrester prévoit même des taux de croissance de 10% par an sur ce segment. Toutefois, aussi performante soit-elle, se lancer dans la publicité à la performance requiert un minimum d’organisation et de structure. C’est pour y parvenir, que nous partageons avec vous trois clés pour animer efficacement votre programme d’affiliation.

Des supports de diffusion et des éléments promotionnels de qualité

De la qualité de votre programme d’affiliation dépendra l’importance de son retour sur investissement. Votre but consiste à faciliter le travail des publishers qui vont relayer vos offres et vos produits.

Or, pour ce faire, et parce qu’ils ne travaillent pas forcément uniquement sur vos seules offres, il faut aussi se différencier de la concurrence pour créer une relation de confiance sur le long terme. Pour ce faire, la création et le partage d’éléments promotionnels de qualité sont indispensables.

Quelques exemples :

  • Argumentaire commercial : savoir quoi dire, comment le dire et comment mettre en avant les caractéristiques particulières de votre offre, de votre gamme de produits ou des services.
  • Fiche promotionnelle : des informations centrales sur une opération en cours ou à venir avec tous les détails liés à ces dernières (durée, condition, objectifs, etc.). Indispensable pour anticiper une grosse opération afin de se préparer dans les meilleures conditions.
  • Fiche produit : pour connaître tous les détails de votre produit, des plus génériques aux plus techniques. Chaque publisher ayant une ligne éditoriale différente, il faut des informations qui parlent à tout le monde.
  • Visuels de qualité : des photos retravaillées, bien exposées, bien cadrées et adaptées pour tout type de support avec plusieurs formats.
  • Kit emails : tout pour bien réussir une campagne d’email, comme des idées de contenu, des visuels adaptés à l’email marketing, des liens spécifiques, etc.
  • Bandeaux et visuels publicitaires : là aussi, la variété est importante, car ils peuvent être utilisés sur de très nombreux supports.

 

Des opérations commerciales régulières

La publicité à la performance est un relai ROIstes pour les marques, mais les affiliés ne peuvent que relayer l’information existante et n’en sont pas à l’origine. Si l’annonceur n’est pas proactif, son programme d’affiliation ne pourra pas être réellement efficace. Quelques exemples d’opérations commerciales à mettre en place.

  • Lancement de produits : c’est souvent un événement important. Qu’il s’agisse de la mise à jour d’une gamme existante ou d’une nouvelle offre, il faut le faire savoir.
  • Soldes ou opérations promotionnelles ponctuelles : créer des événements promotionnels constitue un excellent tremplin pour vendre mieux, comme, par exemple, une journée anniversaire, le Black Friday, les fêtes de fin d’année, etc.
  • Codes promotionnels : une remise spéciale accordée uniquement à vos affiliés pour qu’ils puissent relayer l’information en ligne et en faire bénéficier leurs communautés.
  • Offres limitées : les 500 prochaines commandes à – 30%, un gratuit pour un acheté pendant les 12 prochaines heures, livraison gratuite pour tous pendant 24 heures. Autant exemples qui valorisent la rareté ou l’immédiateté pour encourager l’achat.

 

Challenge, bonus et rencontres : ces petits plus qui font toute la différence

Les affiliés sont comme une équipe commerciale qu’il faut animer, mobiliser, mais également challenger à certains moments. Une manière de garder le contact et surtout de les intégrer à votre équipe, comme vous le feriez avec vos salariés ou vos prestataires. Ce sentiment d’appartenance est important à cultiver, car il valorise la fidélité de vos relais promotionnels en ligne pour une publicité à la performance optimale. Idées et bonnes pratiques pour faire la différence.

  • Concours de vente : mise en place d’objectifs commerciaux avec des récompenses à l’appui selon les paliers atteints, comme la multiplication des commissions sur une période particulièrement attractive par exemple.
  • Cadeaux : des petites attentions qui font toujours plaisir comme un produit en avant-première, ou toute autre offre, pour remercier vos affiliés de leur fidélité.
  • Hausse temporaire du CPA : une manière de booster vos ventes sur une catégorie de produits.
  • Rencontre avec les équipes : pour humaniser la relation et découvrir qui se cache derrière les données abstraites afin de créer un vrai partenariat gagnant-gagnant.
  • Formations et conseils pratiques : des ateliers en ligne ou en personne pour découvrir les nouvelles tendances, apprendre et progresser.

Animer un programme d’affiliation peut avoir un effet très bénéfique sur votre relation avec vos affiliés. Une manière de préparer vos relais de croissance avec tout ce dont ils ont besoin pour une campagne de publicité à la performance bien anticipée, et donc, avec un potentiel de succès plus important.

Cet article vous a plus et vous souhaitez en savoir plus, contactez-nous !

en savoir plus
Influence

Influence marketing : optimisez votre R.O.I. avec l’Earned Media Value

Earn media Value

Que ce soit sur Instagram, Facebook, Twitter, un blog ou une vidéo YouTube, l’influence marketing fait partie de ces leviers décisionnels de plus en plus présents, mais paradoxalement assez difficiles à mesurer. Du moins en apparence. C’est pourquoi, il existe des stratégies et des méthodologies bien établies, pour mesurer l’Earned Media Value, afin de vous aider à prendre les bonnes décisions et à définir des KPI adaptés.

Retour aux fondamentaux : qu’est-ce que l’Earned Media Value ?

L’Earned Media Value (EMV) désigne la valeur de l’exposition médiatique d’une marque lorsqu’on parle d’elle sur des canaux que l’entreprise ne contrôle pas directement (et qui sont généralement gratuits). Il s’agit des articles réalisés par des blogueurs, des vidéos sur YouTube, du travail des influenceurs sur les réseaux sociaux, mais également des commentaires et avis des clients sur des plateformes d’agrégations comme Google My Business, Yelp ou TripAdvisor.

L’EMV est directement lié à l’influence marketing.

Plus une marque aura la capacité d’influencer nativement une personne disposant d’une forte communauté, plus la valeur générée en retour sera grande. En ce sens, c’est une mesure de confiance et de crédibilité, que ce soit en B2B ou en B2C. Une nouvelle forme de bouche-à-oreille qui peut se propager très vite, en positif comme en négatif, et impacter l’EMV.

L’EMV complète ainsi d’autres dispositifs d’exposition médiatique comme le Paid Media (la publicité achetée en ligne ou dans un support physique), le Owned Media (le contenu créé et généré par la marque) et le Shared Media (l’ensemble du contenu partagé en ligne via les plateformes sociales). La combinaison de toutes ces approches forme ainsi le modèle PESO.

Comment mesurer l’Earned Media Value ?

Parce qu’elle n’est pas contrôlée par la marque, l’EMV est, par nature, assez volatile.

Un exemple concret : comment mesurer l’impact d’une photo partagée par une influenceuse sur Instagram qui mettrait en scène votre produit ?

Une manière simple serait de considérer le postulat suivant : si vous arrêtiez toute activité organique sur les réseaux sociaux, combien devriez-vous payer pour atteindre les mêmes objectifs en Earned Media ?

Mesurer l’EMV est donc une combinaison unique et non standardisée qui intègre plusieurs facteurs comme le nombre de vues, de likes, de commentaires, de partages, de clics, etc.

Il existe deux grandes étapes dans la mesure de l’EMV : l’exposition et l’engagement.

L’exposition est le nombre de personnes ayant vu votre marque à travers le travail des créateurs de contenu. Ils ont été exposés à elle et plus cette exposition est forte, plus elle est susceptible de mener à une conversion qui est alors caractérisée par un engagement.

L’engagement est une action volontaire d’un utilisateur qui peut se caractériser par un partage, un commentaire et un clic sur un lien pouvant ainsi mener à un achat.

À chaque mesure d’engagement, on peut attribuer une variable. Soit un score, soit un montant en euros par exemple. Plus l’effort réalisé par l’utilisateur est important, plus le score de l’action l’est aussi. Si un like est monétisé à 1€, un partage pourrait être à 2,5€, un commentaire positif à 4€ et un clic sur un CTA à 8€.

Il est également possible d’utiliser des KPI plus traditionnels comme le nombre de vues ou de personnes engagées par rapport au nombre total de personnes dans la communauté. Ou en comparant avec ses concurrents à travers l’utilisation de logiciels tiers capables d’agréger ces données publiques.

Les bonnes pratiques pour mesurer votre retour sur investissement

Afin d’optimiser votre retour sur investissement, l’influence marketing devrait s’intégrer dans un cadre global à travers différentes approches et plateformes. Si tout miser sur Instagram peut être tentant, ne négligez pas les autres outils à votre disposition (blog, vidéo, Facebook, Pinterest, etc.). Chaque canal doit ainsi avoir un message, une ligne éditoriale et un objectif particulier.

Concrètement, vouloir « ​augmenter la notoriété d’une marque ​» n’est pas un objectif. C’est un souhait.

Exposer votre produit à 5000 prospects en deux semaines ou augmenter vos abonnés de 15% dans les trois prochains mois sont des exemples d’objectifs concrets. Gardez bien en tête que chacun d’entre eux doit être SMART (spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et temporellement défini).

Enfin, n’oubliez pas qu’il existe des outils qui permettent de mesurer plus spécifiquement l’EMV, à travers le comportement des prospects en ligne : retargeting, pixel de suivi, lien brandé, clic sur CTA, code promotionnel, lien d’affiliation… autant de moyens d’action à intégrer dans votre tableau de bord.

Parce qu’elle est encore relativement nouvelle dans le paysage marketing, il n’est pas rare que l’Earned Media Value suscite de nombreuses questions de la part des professionnels du marketing. Si la notoriété ou la puissance d’une marque est complexe à mesurer, l’EMV n’en reste pas moins un levier très puissant au sein de votre stratégie marketing, capable de mesurer la conversion de prospects dans votre tunnel de vente.

 

Cet article vous a plus et vous souhaitez en savoir plus, contactez-nous !

en savoir plus
AffiliationMarketing à la performance

Publishers : 3 conseils pour choisir votre plateforme d’affiliation

Conseils choix plateforme affiliation

L’affiliation fait partie des moyens incontournables pour monétiser son travail d’influenceur, ou l’audience de son site en tant que publisher. Une manière aussi de voir son travail valorisé par des acteurs extérieurs. En effet, si votre contenu suscite l’attention des annonceurs, c’est plutôt bon signe ​! La question est donc à présent de savoir comment choisir les meilleures campagnes pour se lancer, développer des partenariats gagnant-gagnant qui répondent aux besoins des annonceurs et intéresser votre communauté et vos lecteurs.

RÉPUTATION ET CONFIANCE

Confier son audience ou son contenu à une plateforme d’affiliation n’est pas une décision facile à prendre. Elle doit être irréprochable sur le plan technique, et intègre sur le plan éthique. Votre matière première c’est la confiance de vos utilisateurs, puisque de cette confiance dépend la puissance de votre réseau. Parce que l’affiliation requiert une expertise en modèle à la performance, c’est un métier qui requiert aussi une expertise technique. Vous gagnerez toujours du temps à vous allier à une plateforme structurée qui dispose d’une bonne visibilité.

En effet, au-delà de la simple mise à disposition d’un accès personnalisé, il s’agit aussi de trouver un équilibre entre contenu pertinent, utile pour votre communauté, et des campagnes susceptibles de vous générer des revenus.

L’ASPECT FINANCIER

C’est bien sûr le nerf de la guerre, car toutes les campagnes d’affiliation ne se valent pas. Comment savoir à quel moment vous devez investir du temps, donc de l’argent, et de l’énergie dans la valorisation d’une campagne si vous ne disposez pas des informations pour prendre une décision éclairée ?

C’est pourquoi les conditions de diffusion sont très importantes à connaitre. Qu’il s’agisse du type de rémunération, de la durée de vie des cookies, des supports de diffusion mis à disposition ou des informations stratégiques sur le contenu, toutes ces données doivent être à votre portée pour maximiser votre retour sur investissement et celui des annonceurs.

L’EQUIPE ET LE SUPPORT

On a parfois tendance à l’oublier, mais derrière l’interface et le tracking, il y a des femmes et des hommes qui sont présents pour accompagner les clients et les publishers. La qualité du service, l’expérience client, l’expertise technique et la réactivité du support sont des aspects importants à comparer au moment de choisir sa plateforme d’affiliation.

La clé du succès ? Miser sur une équipe pluridisciplinaire qui peut transmettre ses connaissances et faire progresser votre approche promotionnelle et éditoriale. Pour ce faire, une bonne campagne doit être équipée d’outils promotionnels et créatifs adaptés. Une plateforme d’affiliation ne doit pas faire que de la simple intermédiation. Ce doit aussi être un partenaire capable de vous créer de la valeur en vous accompagnant et vous conseillant. Une manière de transformer une simple approche commerciale désincarnée en objectif marketing vivant et impactant pour votre communauté.

Diffuser de la publicité est une décision lourde de sens, car vous engagez votre image et votre réputation à travers les campagnes marketing de marques tierces. C’est pourquoi il est important de bien faire votre choix pour miser sur une bonne collaboration avec une plateforme de confiance, qui doit valoriser l’efficacité et la transparence, afin d’en garantir la réussite.

Cet article vous a plus et vous souhaitez en savoir plus sur nos programmes d’affiliation. Vous pouvez aussi vous inscrire sur notre plateforme, c’est gratuit !

en savoir plus
Marketing à la performance

Comment améliorer votre taux de conversion ?

Taux de conversion

Le taux de conversion est l’un des KPIs les plus surveillés par les professionnels du marketing, et ce, à toutes les étapes du tunnel de vente. Qu’il s’agisse d’une campagne d’emailing, d’une publicité sur Facebook, d’une stratégie de SEA ou pour mesurer la pertinence d’une landing page ou d’une bannière incitant à créer un compte, télécharger une application, s’inscrire à un événement ou s’abonner à une newsletter, le taux de conversion est partout.

L’améliorer est donc souvent synonyme d’un retour sur investissement plus significatif. Mais dans un contexte où les marketeurs doivent faire face à de nombreux challenges au quotidien, ils n’ont pas toujours le temps de se poser les bonnes questions pour faire ce travail. Ça tombe bien, nous l’avons fait pour vous !

Créez de la valeur qui soit perceptible

Pourquoi un visiteur s’inscrirait-il à votre newsletter ? Pourquoi devrait-il vous faire confiance sur la qualité de vos produits, la sécurité du paiement ou le respect des délais de livraison pour valider son panier ?

Autant de facteurs susceptibles d’améliorer vos taux de conversion qui reposent à la fois sur une connaissance fine de vos buyers personas et de vos données, mais également sur une maîtrise de la psychologie du consommateur pour lever les freins éventuels à une conversion. C’est donc à vous de créer des services qui doivent s’ancrer dans votre chaîne de valeur. Une manière de transformer une audience anonyme en prospects qualifiés via une relation de confiance forte avec votre marque.

Offre d’essai gratuite, service en mode freemium, remboursement simplifié, témoignages de clients adaptés au secteur d’activité du prospect, chiffres clés, revue de presse, offre limitée dans le temps… autant de leviers qui créent de la confiance et de la valeur pour mieux vendre en ligne.

Auditez et optimisez votre tunnel de vente

Se mettre à la place du client est indispensable pour comprendre son comportement. En ce sens, il est important de regarder, étape après étape, quelles sont les difficultés potentielles rencontrées. Si le taux d’abandon est trop élevé à un certain moment, c’est significatif. Cela peut-être dû à un formulaire trop complexe ou trop long, un problème technique, un lien brisé, un CTA (Call To Action) mal placé, etc.

Votre tunnel de vente doit être le plus simple possible avec un nombre d’étapes limitées que vous devez contrôler. L’automatisation dans vos scénarios de vente agit en complément pour être plus efficace et vous faire remonter des données à intégrer dans vos KPIs pour une meilleure analyse.

Personnalisez l’expérience utilisateur

Trop de marques considèrent leurs visiteurs comme une population homogène et globale. Pourtant, selon les profils, l’historique des recherches et les campagnes marketing réalisées, il est essentiel de s’adresser à eux comme s’ils étaient uniques. Que ce soit par groupe d’âge, sexe ou localisation géographique, plus le contenu sera adapté, plus il sera facile d’améliorer l’expérience utilisateur pouvant générer un meilleur taux de conversion.

C’est la même chose avec vos campagnes en ligne. Si une publicité pour un manteau pointe vers la page d’accueil d’un site, c’est une erreur. Le parcours du client est interrompu et le risque est très grand qu’il abandonne sa visite. C’est ici que la maîtrise du cross-device prend tout son sens. Mesurer le parcours client d’un appareil à l’autre permet de suivre son avancement et son potentiel de conversion.

Testez, testez, testez

Chaque page produit et landing page doit être testée régulièrement. À la fois sur le plan du design responsive, de la clarté des informations et de la rapidité de chargement. Le triptyque Google Analytics + A/B testing + un outil du type Dareboost ou Google PageSpeed Insights constitue une fondation solide pour optimiser votre testing dans le cadre d’une démarche de contrôle qualité en continu.

Un site web doit être testé en permanence, car un simple changement de couleur dans un bouton CTA ou dans l’emplacement d’un menu peut avoir un impact significatif sur les résultats de vos conversions. Comme toute pratique, l’A/B testing requiert un minimum d’organisation, mais c’est un moyen efficace et statistiquement établi pour prendre une décision avec une prise de risque minimale. Une semaine sans test est une semaine perdue, alors lancez-vous !

KPI crucial dans les tableaux de bord des professionnels du marketing, le taux de conversion en dit beaucoup sur l’efficience de votre stratégie de webmarketing. C’est un indicateur clé à suivre avec attention, car de sa réussite, dépend bien souvent la réussite de toute votre activité en ligne.

Si cet article vous a plu, vous pouvez télécharger notre livre blanc « Tout ce que vous devez savoir pour booster la performance de vos campagnes digitales ». Vous pouvez aussi découvrir nos solutions de marketing à la performance ou nous contacter pour en savoir plus !

en savoir plus
AffiliationGeneration de leads

Tout savoir pour booster vos campagnes d’emailing

Booster campagnes emailing

 

Nous recevons tous beaucoup d’emails. Beaucoup trop ? En réalité beaucoup trop de mauvais emails. Que ce soit dans un cadre professionnel ou personnel, la décision de prêter attention à un message se prend en quelques secondes. Choix de l’objet, du destinataire, fréquence d’envoi, mise en page du contenu… tout s’interprète de manière consciente et inconsciente dans la tête de vos prospects. Or, il existe de multiples décisions possibles : désabonnement, signal de l’email en spam, suppression, ouverture puis suppression, ouverture puis remise en mode “non lu”, transfert à un autre compte, ouverture puis clic ou conversion, etc.

Dans une campagne d’emailing, il faut avant tout miser sur la qualité pour augmenter vos KPIs clés comme le taux de délivrabilité, le taux d’ouverture, le taux de clic et le taux de conversion. Des KPIs qui peuvent être améliorés grâce à nos conseils pratiques pour booster la réussite de vos campagnes d’emailing.

Maîtrisez l’art du ciblage efficace

Quoi de plus agaçant que de recevoir une publicité pour un produit déjà acheté, un service qui n’a rien à voir avec ses besoins ou une invitation pour un événement auquel vous venez justement de vous inscrire ? Ces erreurs pourraient pourtant être facilement évitées avec une stratégie adaptée et un peu de cohérence.

Tout commence par le ciblage. Savoir à qui parler pour savoir quoi dire et surtout comment le dire. Même pour un produit identique, on ne s’adresse pas à un jeune adulte de la même manière qu’à un cadre dirigeant de 50 ans ou à une blogueuse débutante. C’est toute la raison d’être des buyers personas : des portraits robots personnalisés qui correspondent à des segments de votre base de données. Selon vos besoins, nourris par le fruit de l’expérience, de vos données internes et d’un travail de recherche et d’analyse précis, vous devez être capable de découper vos users en groupes homogènes. Travailler par segment permet de délivrer le bon message au bon moment et sur le bon appareil.

Soyez vendeur : faites simple et court

La réussite d’un email promotionnel se joue dès sa réception. Le choix du wording qui désigne le destinataire et celui du sujet ont un impact très significatif sur vos taux d’ouverture. Soyez distinctif et faites court. C’est comme en journalisme : il faut un titre puissant pour donner envie de lire l’article. Pensez aussi à ceux qui vous lisent depuis un mobile. Les objets ou les noms à rallonge ne font pas bon ménage avec les petits écrans. Une fois ouvert, un email promotionnel n’est pas une notice administrative ou un roman. Réduisez le nombre de mots, travaillez vos titres et intertitres, mettez de la couleur et créez un template qui soit attractif, tant sur la mise en page que sur le rendu global. Pour être efficace, votre kit d’email marketing doit être vendeur. Pensez à mettre en avant un produit phare avec un avantage prix, le top des ventes ou une nouveauté particulière. Côté prix, les promotions exceptionnelles et les bons plans exclusifs et à courte durée de vie sont toujours très impactants, tout comme le code de promotion qui offre le double avantage de suivre et mesurer son utilisation tout en incitant à l’achat. En un coup d’oeil, l’internaute doit comprendre votre message et pouvoir interagir immédiatement. Enfin, gardez en tête que la grande majorité des emails sont ouverts depuis un mobile. Créez donc vos gabarits pour un smartphone, faites des tests et seulement ensuite adaptez au format ordinateur ou tablette.

Testez votre contenu

L’A/B testing se démocratise pour les sites web, mais on a tendance à oublier que c’est également un outil très efficace pour l’emailing. Le principe est simple : vous créez deux versions légèrement différentes d’un même contenu qui est envoyé de manière aléatoire. La moitié va recevoir la version A et l’autre moitié, la version B. Selon les interactions et les impacts comportementaux, vous pouvez ainsi juger de manière statistiquement éprouvée si votre changement est pertinent et si votre hypothèse est confirmée.

Dans le cadre d’une campagne d’emailing, il est fortement encouragé de tester votre contenu, votre mise en page, mais aussi votre objet. Une manière très simple et très efficace de faire les ajustements nécessaires pour augmenter vos taux de clics, vos interactions et vos taux de conversion. Plus vous testez, plus vos campagnes seront efficaces.

Envoyez au bon moment

La réussite d’une campagne d’emailing tient aussi au facteur temps. Il est possible de déterminer le jour d’envoi optimal selon les comportements précédents et les données partagées sur vos segments. Intégrer ce facteur temps dans votre saisonnalité permet d’anticiper au mieux la création de votre contenu et la mise en avant de vos promotions sur l’ensemble de vos outils. Au niveau de la fréquence, il faut trouver l’équilibre selon vos analytics et la bonne analyse de vos données. Trop souvent, c’est le risque d’une overdose et d’un désabonnement. Pas assez, c’est le risque de tomber dans l’oubli. Dans les deux cas, vous compromettez l’image de votre marque et la réussite de vos campagnes.

Un email bien construit est donc une subtile combinaison entre fond et forme, et entre technicité, big data et design. Si la mobilité a transformé les usages de l’email marketing, les fondamentaux sont les mêmes. Un kit email bien construit reposera toujours sur une bonne analyse des données, un code HTML optimisé et un design respectant l’équilibre visuel entre images et contenu textuel. Avec un message adapté à votre cible, à son cycle temporel et à ses habitudes de consommation, vos campagnes d’emailing vont alors très vite booster vos conversions !

Vous avez une campagne d’emailing à relayer ? Contactez alors notre notre équipe commerciale !

en savoir plus
Influence

Les tendances 2018 du marketing d’influence

Tendances influence 2018

Selon une étude de l’agence Geometry Global, pour 33% des acheteurs, les influenceurs sur les réseaux sociaux constituent la source de confiance la plus importante au moment de faire un achat.

Parmi les plateformes en pointe sur l’influence marketing, 92% des répondants à cette autre étude de l’agence Linqia citent Instagram comme le réseau le plus puissant, suivi de Facebook pour 77% d’entre eux.

Des chiffres qui illustrent bien la puissance grandissante de l’influence dans le petit monde du marketing digital. Si 2017 fut une année bouillonnante pour les influenceurs avec une activité en croissance et de nouvelles fonctionnalités sociales facilitant un nouveau type de storytelling (live, story, filtres…), 2018 s’annonce comme l’année de la consolidation. L’influence s’industrialise et des tendances émergent pour influencer mieux et plus efficacement. On vous explique.

Les micro-influenceurs de plus en plus prisés

Ce sont des influenceurs qui se concentrent sur un marché de niche et qui partagent une expertise particulière dans un domaine clairement identifié. Qu’il s’agisse de lifestyle, de beauté, d’informatique, de culture générale, de culture geek, musicale ou artistique, ils sont suivis et encouragés par une communauté moins nombreuse que les influenceurs traditionnels, mais cette dernière est bien plus engagée. À la fois spécialistes et experts, disposant d’une authenticité unique, les micro-influenceurs sont de plus en plus ciblés par les annonceurs qui veulent affiner leur stratégie d’influence. Il faut dire qu’ils sont plus faciles d’accès et sont plus dans l’authenticité que dans l’apparence absolue. Leur contenu est toujours très solide, ils interagissent beaucoup en ligne et veulent avant tout faire partager leur passion.

L’influence devient tendance en B2B

Si le B2C a pendant longtemps été le premier marché de l’influence, cette dernière se développe de plus en plus dans le B2B. Toutefois, le ton, le style et les attentes sont différents, car même si les professionnels du marketing en B2B ont les mêmes priorités que ceux en B2C (lead generation, lead nurturing et conversion), le processus décisionnel est très différent. Il implique plusieurs personnes et peut prendre beaucoup de temps. Et c’est justement là où le marketing d’influence est un levier qui peut s’avérer très efficace. Un exemple concret avec SAP, le célèbre éditeur de logiciels professionnels. L’entreprise travaille avec des influenceurs qui peuvent être des consultants, des business analysts, des conférenciers, des auteurs ou des professeurs en co-créant du contenu à partager et en les faisant participer à des grands événements publics. Une manière d’associer plusieurs communautés autour d’une cause commune.

La puissance du live

Auparavant réservé à Periscope, le live n’a désormais plus rien d’exceptionnel et fait partie de la panoplie d’outils à la disposition des influenceurs. Un simple smartphone permet de tourner et de partager une vidéo en direct à tout moment. Sur Instagram, elles sont intégrées au flux de production des influenceurs et font partie des techniques utilisées pour se connecter émotionnellement avec sa communauté. FAQ, unboxing ou participation à un événement, le direct crée une tension affective forte en vivant l’instant présent de manière encore plus intense.

Un monde à la merci des algorithmes

La baisse du reach organique des marques sur les grandes plateformes a aussi un impact sur l’influence marketing. D’autant plus qu’à tout moment, une décision unilatérale des GAFAM peut faire trembler de nombreuses marques en réduisant leur visibilité en ligne. Ce fut d’ailleurs le cas au début de l’année 2018 lorsque Facebook a changé son algorithme pour limiter l’affichage des pages et renforcer ceux des profils. L’impact est immédiat : pour être vu sur les réseaux sociaux, il faut mettre la main au portefeuille ! Raison de plus pour sécuriser sa stratégie, diversifier ses outils marketing, ses plateformes sociales et ne pas hésiter à investir dans la publicité pour valoriser le contenu réalisé avec vos influenceurs.

Intégration des influenceurs dans le tunnel de conversion

Parmi les leviers marketing existants, l’influence a longtemps été perçue comme une démarche promotionnelle organique, qui fonctionnait en parallèle des opérations très structurées de publicités en ligne et de lead generation. Or, aujourd’hui l’influence se structure et s’organise. Elle devient une étape dans un parcours de vente qu’il faut suivre, analyser et mesurer avec des outils optimisés pour le cross-device. On définit des KPIs à partir de critères économiques précis, comme le coût par engagement, le coût d’acquisition client, etc, et la croissance du nombre de followers ou d’abonnés devient une variable secondaire qui s’interprète dans un contexte global.  “La mesure de la performance des campagnes d’influence est évoquée par nos clients depuis quelques années déjà. Au delà d’en parler, ils souhaitent à présent analyser les performances de leurs actions en influence marketing. En tant qu’acteur du marketing à la performance depuis 2003, nous avons cette culture ROIste, ce qui nous permet d’apporter les réponses nécessaires à nos clients dans ce domaine.” précise Julien Tournier, Head of Influence Department. L’influence marketing permet également d’adapter et de personnaliser un contenu selon qu’il s’agisse de découvrir une nouvelle marque, de présenter un nouveau produit ou de tester une collection, un produit ou une nouvelle fonctionnalité.

Des contenus en direct qui suscitent toujours plus d’engagement, une structuration de l’influence au sein des tunnels de conversion et en B2B, l’émergence des micro-influenceurs et l’impact des algorithmes façonnent ce nouveau monde de l’influence marketing. Vous l’aurez compris, l’influence se révèle comme un nouveau levier capable de jouer sur l’image et la notoriété, comme sur la conversion et l’augmentation des ventes. Une approche deux-en-un à expérimenter ou à approfondir d’urgence.

en savoir plus
Actu KwankoAffiliation

Disney Store mise sur Kwanko pour doper ses ventes

Young people work in modern office.

Difficile de trouver une marque plus universelle, plus créative, plus engageante et plus facilement identifiable par toutes les générations que Disney. Alors, autant dire que lorsque la boutique en ligne de Disney a choisi Kwanko pour recruter de nouveaux clients et générer du trafic sur son site, ce fut une grande fierté, une belle preuve de confiance et surtout la récompense du travail de fond engagé par Kwanko depuis des années pour faire la promotion du marketing à la performance.

Disney Store et Kwanko : une longue histoire

Nous collaborons de près avec Disney Store depuis 2011, et connaissons bien les problématiques liées à l’optimisation des ventes en ligne des multiples produits de la marque. Une collaboration de confiance qui s’est conclue par la gestion exclusive du programme d’affiliation de Disney Store en 2017. En lançant son programme d’affiliation avec Kwanko, la boutique en ligne disneystore.fr poursuit deux objectifs principaux : booster le trafic sur son site avec des visites qualifiées d’un côté, et générer des ventes et optimiser le taux de conversion de l’autre. Une mission attendue par de très nombreux affiliés qui ont développé une vraie relation affinitaire avec Disney Store.

L’enjeu de la saisonnalité pour Disney Store

La boutique en ligne de Disney cherche à augmenter son potentiel de ventes sur les produits dérivés de films ou les exclusivités, et ce, tout au long de l’année. Après la période phare de Noël, c’est le carnaval qui monopolise l’attention et qui constitue le principal enjeu des semaines à venir.

Les éditeurs affinitaires sont par ailleurs très recherchés et valorisés sur le programme, puisque très prescripteurs de la marque : aujourd’hui, Disney Store fait confiance à Kwanko pour le recrutement et l’animation de cette typologie, sur laquelle des actions sont menées spécifiquement, et de manière récurrente (jeux concours, mise en place de rémunérations dédiées, etc.).

La réactivité de Kwanko, couplée à l’attractivité du programme et à la qualité des campagnes permettra ainsi le respect des conditions de diffusion et de la notoriété de la marque pour atteindre les objectifs fixés par Disney Store.

Un programme attractif pour les affiliés

Au-delà de la bienveillance naturelle que l’on peut avoir pour les produits et l’univers Disney, relayer la campagne Disney Store est l’illustration d’une stratégie de marketing à la performance où les affiliés sont totalement engagés pour la réussite de ce partenariat. Au programme : une rémunération standard élevée, la livraison gratuite à partir de 59,90 € d’achat, des produits exclusifs en vente uniquement sur le site, ainsi que la possibilité de réaliser des jeux concours, avec des dotations fournies par Disney Store et des hausses de rémunérations récurrentes contre des mises en avant.

« ​C’est un package complet et avantageux qui est très recherché des affiliés, car la marque fait rêver les petits comme les grands et permet un ciblage large ​», confirme Florence Turpin, Account Manager Affiliate Marketing chez UDG, l’agence digitale en charge de l’affiliation Disney Store France qui travaille depuis plusieurs années en partenariat avec Kwanko. « Nous offrons par ailleurs une rémunération spécifique à 7% pour les sites affinitaires ​». Il faut dire que la rémunération est attractive et promet aussi de bonnes performances. Grâce aux récentes optimisations effectuées sur le programme, les ventes du Disney Store ont augmenté de 10% au cours des 6 derniers mois.

Disney Store est un programme très agréable à gérer, en fil rouge mais aussi sur les périodes fortes. Au moment de Noël notamment, le suivi des performances et l’atteinte des objectifs fixés sont extrêmement challengeants, et c’est vraiment un plaisir de constater que les affiliés sont systématiquement mobilisés pour apporter le meilleur, et faire en sorte que nous parvenions à nous dépasser chaque année !” explique Thibaud Labourdette, Senior Account Manager du programme Disney Store.

À la fois marque premium à fort potentiel et disposant d’un ancrage remarquable auprès de son public, Disney est un tremplin passionnant pour les affiliés à travers son site de vente en ligne Disney Store. Il permet très naturellement de créer un storytelling et un contenu sur mesure pour initier le dialogue avec sa communauté et s’engager pour un programme de marketing à la performance à forte valeur ajoutée.

Cet article vous a plu ? Vous pouvez en savoir plus sur le programme d’affiliation de Disney Store et vous inscrire sur notre plateforme, c’est gratuit !

 

en savoir plus
1 2 3 7
Page 1 of 7